Résumé des points les plus importants de l'entretien du 25 janvier 2021 Antoine Cuttitta, Frédéric Chaumont et le Professeur J.B. Fourtillan

Dans la vidéo originale l'entretien commence à partir de la 46ème minute: 

On trouve aussi ici un résumé des documents disponibles sur le site http://www.verite-covid19.fr/

Rubrique : Dossier Covid-19 et Toute la Vérité sur Covid-19 et les vaccins anti-Covid-19.

Avertissement au lecteur : Dans la vidéo et le document originaux, le Professeur Fourtillan comme l'immense majorité de ses collègues, cite le virus du VIH (Virus de l'immunodéficience humaine, qui, selon les thèses officiellement admises serait responsable du Syndrome de l'ImmunoDéficience Acquise – SIDA-). Or cette thèse est très largement controversée, autant dans l'équation VIH = SIDA (sous-entendu mort certaine si l'on ne se soumet pas aux trithérapies), que dans l'existence même de ce virus, et plus largement du supposé pouvoir contaminant et donc potentiellement pathogène de tous ces virus. Etant donné qu'il n'est absolument pas certain, n'en déplaise aux tenants de la doxa, que le supposé virus du Sida existe, et s'il existe, qu'il ait les conséquences qu'on lui prête, je ne le mentionne donc pas dans mon résumé ci-dessous.

Résumé de la vidéo et des documents sur lesquels s'appuie le Pr. Fourtillan.

Le Pr. Fourtillan était sous "surveillance" depuis l'été 2020 parce qu'il avait dénoncé la toxicité de l'aluminium dans les vaccins. [Note : Et aussi sur les patchs qu'il avait développé et commercialisé].

Le Covid-19 a été fabriqué de toutes pièces par l'Institut Pasteur.

Avant de crier au complotisme, la plus élémentaire honnêteté intellectuelle exigerait de considérer au moins certains des points soulevés ici :

Plusieurs brevets ont été déposés depuis 2003 et dans les années suivantes (2013) autant en Europe qu'aux USA. A l’époque il s'agissait du SarsCov1, puis du SarsCov2, mais pas encore du Covid-19.

Dans le SarsCov2, il y a 157 insertions génomiques qui ont été insérées dans le SarsCov1. Ce sont des fragments d'ADN du gène de la malaria, (des vaccins avaient été faits contre la malaria autant par l'Institut Pasteur que par Astra-Zeneca, Oxford en Angleterre).

Des personnes vaccinées deviennent positives au Covid-19 !

A l'heure actuelle (janvier 2021) tous les gouvernements mondiaux savent que le Covid19 a été fabriqué par l'Institut Pasteur.

Il s'agit de pouvoir mettre en œuvre un outil d'extermination de masses, c’est-à-dire le vaccin, en créant une terreur généralisée par "l'apparition" d'un "nouveau" virus artificiel terriblement dangereux. Alors que le danger réel réside dans le vaccin.

Paul Hudson, Directeur Général de Sanofi, lors du Congrès du Medef le 27 août a annoncé que la sortie du seul vaccin fabriqué serait retardée, et ne sortirait pas avant le mois d'avril-mai. Huit jours après le cartel pharmaceutique qui avait signé des contrats avec Sanofi-Pasteur a déclaré que la sortie du vaccin ne se fera qu'après qu'ils aient remplis les exigences réglementaires, donc en clair qu'il n'y aurait jamais de vaccin.

Selon le Professeur J.B. Fourtillan il est tout simplement impossible de fabriquer un vaccin avec ARN messager.

Au début des années 1990 on avait récupéré le SarsCov à l'hôpital français de Hanoï dans des échantillons de liquides d'expectoration (référencés n°031589), qui a été breveté au bout de 10 ans, en faisant croire après coup que le SarsCov1 était le virus naturel SarsCov. Qui avait provoqué une épidémie monstrueuse à l'époque puisque sur toute la planète, il y a eu …. 8000 personnes infectées et …. 774 décès qui lui ont été attribués…. Ce virus "original" est donc absolument bénin.

Ensuite, première étape : Sars-CoV-1 a été fabriqué selon un 1er brevet européen EP 1694829 B1 et un brevet américain US 012.8224 A1, à partir de ces échantillons de Hanoï.

Puis deuxième étape : le Sars-CoV-2 continuation du premier brevet est protégé par un deuxième brevet américain US 8243718B2 en 2011. Les deux Sars-CoV sont identiques.

Enfin troisième étape, le Covid-19 a été fabriqué entre 2011 et 2015 à partir du Sars-CoV-2 en insérant dans son génome 4 séquences d'ARN du VIH1 (virus du Sida). [Note : ce point est discuté et bien entendu vigoureusement démenti par la version officielle, autant que par les scientifiques qui ne reconnaissent pas le virus du VIH en tant qu'agent pathogène du SIDA. Certains allant jusqu'à nier son existence. Voir la remarque en début de ce résumé].

Ce Covid19 fabriqué en France à l'Institut Pasteur à partir de Sars-Cov a été ensuite transféré à Wuhan, où des hommes de main de l'Institut Pasteur l'ont relâché, à l'insu des scientifiques du laboratoire P4 de Wuhan et du gouvernement chinois.

Le coronavirus Covid19 contient :

  • - 4 fragments du VIH1 qui détruit l'immunité, [voir note ci-dessus]
  • - Des séquences d'ADN du germe de la malaria qui donne en fait la malaria aux personnes vaccinées
  • - 157 séquences d'ADN et de protéines dont la présence et le rôle ne sont pas expliqués, selon le Brevet US 8.234.718B2
  • - Des nanoparticules qui permettent de contrôler les personnes vaccinées notamment grâce à la 5G.

Le Vaccin ChAdOx1 nCov-19 qu'ils veulent nous injecter contient :

  • - ChAdOx1 n-Cov-19 : c'est le coronavirus Covid-19 porté par le virus vecteur ChAdOx1 (Raison pour laquelle les personnes vaccinées sont ensuite testées positives au Covid-19 par test RT-PCR)
  • - Les nanoparticules décrites dans le brevet Microsoft PCT/US2019/038084
  • - Des désinfectants comme le Formol et le Thimerosal (mercure).

Les preuves de la fabrication du virus artificiel, responsable de la maladie appelée Covid-19 par l'Institut Pasteur, avant 2015.

Début octobre 2020 un groupe de médecins allemands a découvert l'existence d'un brevet d'invention de TESTS COVID19, brevet américain US 2015/622 407P, déposé par Richard Rothschild, avec une date de priorité au 13 octobre 2015.

Le titre de ce brevet est : System and method for testing for Covid19.

Texte original du résumé (Abstract) :

"ABSTRACT

A method is provided for acquiring and transmitting biometric data (e.g., vital signs) of a user, where the data is analyzed to determine whether the user is suffering from a viral infection, such as COVID – 19."

Traduction : RESUME : "L'invention porte sur un procédé pour acquérir et transmettre des données biométriques (par exemple des signes vitaux) d'un utilisateur, où les données sont analysées pour déterminer si l'utilisateur souffre d'une infection virale, telle le Covid-19".

L'Institut Pasteur, l'OMS, toutes les agences de Santé occidentales, et les gouvernements occidentaux avec les laboratoires pharmaceutiques avaient donc programmé l'épidémie COVID-19, AVANT 2015, date du dépôt du brevet des tests COVID-19.

La preuve que ces tests ont été vendus dès 2017 et toute l'année 2018 à travers toute la planète pour des milliers de tonnes et des millions de dollars se trouve sur le site internet de la Banque Mondiale :

BqueMondiale Copie écran Tests Covid19 en 2017 18

Bien évidemment cette page a été ensuite modifiée lorsqu'un nombre de clics anormalement élevé de visiteurs a été détecté, sur ce qu'il faut bien appeler une preuve flagrante.

Le virus responsable de la maladie dite Covid-19 n'est donc pas un virus chinois échappé accidentellement du laboratoire P4 de Wuhan. Et encore moins une mutation naturelle.

En février 2017, le 23 très exactement, une délégation française et de l'Institut Pasteur s'est rendue à Wuhan afin d'inaugurer le nouveau laboratoire P4 de cette ville dans le cadre d'une collaboration entre la France et la Chine.

Participaient à cette délégation :

Elisabeth Guigou, Marisol Touraine alors Ministre de la Santé, Yves Lévy, l'époux d'Agnès Buzyn, qui était lui Directeur de l'Inserm, Bernard Cazeneuve, Ministre de l'Intérieur et un Directeur de l'Institut Pasteur.

Officiellement c'était la consécration de la collaboration entre les scientifiques chinois du laboratoire P4 de Wuhan et ceux de l'Institut Pasteur. En fait de collaboration, elle n'a jamais eu vraiment lieu.

En février 2017 ces personnes savaient que le virus responsable de la maladie dite Covid-19 avait déjà été fabriquée dès 2015 par l'Institut Pasteur, et cette visite n'avait qu'un but : faire porter le chapeau quant à l'origine de la fausse pandémie générée par ce virus par les Chinois.

Ceci pour l'origine réelle du virus, qui n'a strictement rien à voir avec la fable de la chauve-souris et du pangolin…

LES VACCINS

Il existe plusieurs sortes de vaccins.

Une catégorie souvent utilisée aussi dans d'autres maladies, est celle d'un vaccin vivant atténué contre la rougeole, et qui sera utilisé en tant que vecteur ("support"), de vaccination pédiatrique polyvalent potentiel.

La mise au point de ce vaccin résulte d'une collaboration entre Frédéric Tanguy et Hussein Y. Naim.

Ce type de vaccin contre la rougeole est jugé par ses promoteurs "très sûr" pour immuniser autant contre le paludisme, les flavivirus, etc., et constitue une forme de vaccin recombinant visant à exprimer diverses protéines comme celles du virus du Nil occidental.

Selon le Dr Frédéric Tanguy, la glycoprotéine de pointe de Covid-19 (qui contiendrait des séquences d'ARN susceptibles de faire s'écrouler le système immunitaire, comme les séquences d'ADN du génome de la malaria, mais qui ont été cachées par les scientifiques de l'Institut Pasteur) est destinée, dit-il, à induire une immunité dans le vaccin, en servant d'antigène après insertion dans le génome du virus atténué de la rougeole.

On notera que le Dr Frédéric Tanguy a donné cette interview quelques jours avant celle du Pr Luc Montagnier. Les deux laissent entendre plus ou moins ouvertement que le rétrovirus (ARN) du VIH aurait été inséré dans le Covid-19. [Voir Avertissement en tête de ce texte]

Aux dernières nouvelles ce vaccin est en train d'être abandonné, car il ne serait pas assez efficace !!!

Les NANOPARTICULES dans les vaccins Covid

Les nanoparticules telles que décrites dans le brevet Microsoft US WO 2020/060606 A1 sont des capteurs qui doivent être injectés dans le corps des personnes vaccinées en même temps que le vaccin et permettent ainsi de contrôler si elles ont été vaccinées.

Une fois injectées on ne peut plus s'en débarrasser. Dès lors les personnes qui les portent sont détectables par tout appareil détecteur à proximité, comme un téléphone portable par exemple relié en 5G à internet. C'est leur seul objectif. Alors que ce qui a été présenté dans le brevet, elles seraient un outil d'exploration fonctionnelle permettant de fournir des renseignements d'activité corporelle…

Le temps nécessaire pour développer un nouveau vaccin depuis la découverte d'un nouveau virus jusqu'à l'autorisation de mise sur le marché (AMM) est au moins de 15 ans. Et pendant ce développement on ne peut pas passer d'une phase à la suivante sans avoir tous les résultats de la phase précédente.

Selon les informations du NIH, dirigé par Anthony FAUCI, et de l'OMS dirigé par Tedros Adhanom Ghebreyesus, quelque 160 vaccins anti-Covid19 seraient en développement. Mais après avoir examiné les protocoles des phases 1,2, et 3 rédigés par le NIH, des rares études cliniques sont en cours, et au vu de leur état d'avancement, on arrive à la conclusion suivante :

LE SEUL VACCIN QUI A ETE DEVELOPPÉ, REELLEMENT FABRIQUÉ DEPUIS PLUS D'UN AN, ET DEJA LIVRÉ, EST LE VACCIN ChAdOx1 nCoV19.

Tous les autres 159 vaccins seraient des "leurres". Selon le Pr. Fourtillan la mise au point d'un vaccin à mARN (ARN messager tels que ceux de Moderna et Pfizer) est, selon lui, tout simplement impossible.

ChAdOx1 nCoV19 est le fruit d'une collaboration entre l'Institut Pasteur (Sanofi), fabricant du virus Sars nCoV19, et l'Institut Jenner (Astra Zeneca), qui a fourni le virus vecteur ChAdOx1.

Astra Zeneca a fabriqué le vaccin ChAdOx1 nCoV19 à partir de septembre 2018, qui était la date de dépôt du brevet des nanoparticules de Microsoft US Patent WO 2020/060606 A1.

Traitement du Covid-19 avec l'Hydroxychloroquine seule ou avec l'Azithromycine (ce dernier est un antibiotique de la famille des macrolides ou des tétracyclines).

Pourquoi Agnès Buzyn et Oivier Veran ont-ils interdit la prescription de l'HCQ ?

Réponse selon le Professeur J.B. Fourtillan : Agnès Buzyn et Yves Lévy savent que des séquences d'ADN du germe de la malaria entre autres sont insérées dans le virus du Covid19. Le traitement Raoult agit donc sur le génome inséré de la malaria et explique ainsi son efficacité à condition d'être prescrit au tout début des premiers symptômes.

Il n'est pas évident, (et je l'espère), que le Professeur Raoult sache pourquoi REELLEMENT le traitement qu'il préconise fonctionne. A moins qu'il sache AUSSI que le génome du virus de la malaria a été inséré dans le Covid-19 ???!!!!

 Brevet EP1694829B1

Brevet US2007 0128224A1

Brevet US8343718B2

BrevetEP1694829B1 page3

Moralité :                

La maladie induite par ce virus artificiel est pour l'immense majorité des populations très bénin. Puisque, comme pour la grippe saisonnière classique, très peu de personnes ne décèdent QUE DE la grippe, qu'elle soit à coronavirus ou pas. En tous cas, il n'est pas bien plus virulent que les autres coronavirus dits "humains" qui conduisent tous à des symptômes cliniques légèrement différents de ceux dus au virus grippaux saisonniers courants A et B, Influenza. Bien qu'ils puissent provoquer des symptômes graves chez des personnes affaiblies voire immunodéprimées, ou en fin de vie. N'oublions pas que l'âge moyen des décès est largement supérieur en France à 80 ans, (84 !) soit bien plus que l'espérance de vie normale de l'homme (79,2 ans).

Que l'épidémie de Covid-19 a été planifiée à l'avance et de façon très concrète depuis 2017 où des Kits de Tests Covid-19 se sont vendus sur toute la planète, est une évidence incontournable. Et pose donc forcément la question sur le but réel de toute cette mascarade.

Au sujet des vaccins mARN (Moderna et Pfizer) je serais moins catégorique que le Pr Fourtillan. Qu'il soit plus ou moins impossible de faire réellement, et sans problèmes, ce qu'on prétend vouloir faire, je suis assez d'accord. MAIS, les fous "généticiens" et autres Dr Folamour de Bigpharma sont à mon sens capables de nous injecter un tel cocktail, capable des pires insertions génomiques aléatoires, donc non contrôlées, dans notre propre ADN. Aves les conséquences désastreuses qui pourront en découler autant pour nous que pour notre descendance, si entre-temps ils ne seront pas arrivés à nous stériliser définitivement.

Au sujet des brevets présentés ici, les "défenseurs" de la thèse officielle rétorquent que ces brevets ont été déposés dans l'optique de la recherche d'un vaccin. Le mot "vaccin" est d'ailleurs comme collé derrière le texte de présentation des brevets. Comme pour avoir un alibi "présentable"… Alors que le début de la même phrase dit bel et bien qu'il s'agit du brevet "d'une nouvelle souche de coronavirus ..." !!!

Soigner son équilibre de santé, donc préserver au mieux son système immunitaire, et surtout, surtout, refuser toute vaccination.

Après, comme personne ne détient la Vérité Absolue, moi non plus, à chacun de se faire son opinion.

 

© 2020 Collectif Fédérateur. All rights reserved. Powered by Cofé.