On ne nous dit pas tout.

Ou plus précisément on nous dit que ce qu'on veut bien nous dire.

Nous allons ici reprendre point par point les statistiques tout à fait officielles de l'INSEE. Et les commenter comme la logique mathématique et sanitaire le voudrait et non pas en fonction des logiques politiques et économiques des gouvernements et de leurs sponsors.

Nous allons commencer par début mars toujours en comparant les trois dernières années, à savoir 2018, 2019 et 2020. Un premier chiffre est à ne pas perdre de vue : il décède en moyenne en France chaque année environ 600.000 personnes, ce qui fait que pour une année de 365 jours, il décède, normalement 1644 personnes chaque jour.

deces INSEE 01.03 30.04.2020

Dans la première quinzaine du mois de mars, nous étions tout à fait dans les normes des deux années précédentes, et tout particulièrement de 2018. Le 5 mars 2018 il y a eu un pic à 2201 décès. A noter aussi bien en 2019 qu'en 2018, le nombre de décès qui atteint généralement un pic autour du mois de janvier, était déjà en phase descendante (courbes rouge et bleue dans le graphique suivant).

En 2020, nous avons dépassé ce pic de 2018 très exactement le 25 mars avec 2344 décès.

Or le début du premier confinement a commencé le 17 mars. Soit une semaine exactement avant. Me dire que le confinement sauve des milliers de vies comme l'affirment notre gouvernement, c'est faire fi de la logique la plus élémentaire, puisque dès le 17 mars tous les soins étaient arrêtés, autant à l'hôpital qu'en ville, où l'on ne prenait plus en charge que les "cas de covid graves". Tous les autres étant priés par les urgences soi-disant débordées de rester à la maison en prenant du paracétamol.

On a atteint un pic à 2811 décès le 1er avril et ensuite nous sommes devenus à la normale fin avril.

deces INSEE 01.05 31.08.2020

Ensuite, rien à signaler. Nous restons au niveau des années précédentes, parfois légèrement en-dessous, parfois légèrement au-dessus. A noter qu'en 2019 il y a eu le 26 juillet 1868 décès. En 2020, le 12 août il y a eu 1838 décès. Qui sont revenus ensuite rapidement à la "normale". Il faut remarquer que depuis fin juillet le port du masque par temps de canicule s'est de plus en plus généralisé, et n'est éventuellement pas étranger à ce phénomène.

C'est ensuite que nous avons eu un phénomène remarquable. Bien que légèrement au-dessus, la courbe de 2020 suit grosso modo celle des années précédentes, l'excès pouvant, comme dit, être dû au port du masque en plein été.

deces INSEE 01.09 14 12.2020

Ce qu'il faut absolument relever est que, c'est à partir du 18 octobre que la courbe monte très nettement. Lorsque l'annonce du prochain confinement commençait à poindre dans les médias, pour arriver le 9 novembre à 2300 décès. Bien sûr les partisans du confinement vont nous dire que c'est grâce à lui que la courbe est redescendue vers le 10 novembre. Et les adversaires que c'est à cause de lui qu'elle est montée. A noter que pendant toute la période depuis le début de septembre jusqu'à la mi-octobre nous étions légèrement au-dessus de la moyenne annuelle. Il est là aussi très probable que le port généralisé du masque ne soit pas étranger à ce phénomène, qui semble être proportionnel à la généralisation du port, même à l'extérieur.

Ceci dit, il existe toujours d'assez grandes disparités régionales, et qui n'ont pas vraiment d'explication claire. Bien que certaines pistes mériteraient d'être creusées.

Par exemple le département du Var, qui est plus peuplé que celui du Haut-Rhin a un taux de mortalité portant inférieur, et ce, depuis toujours. L'alimentation méditerranéenne, la vitamine D plus présente dans le Sud, l'ensoleillement plus généreux, pourraient être des points importants dans ces différences. Ainsi que la promiscuité et la pauvreté dans les grands centres.

Pour terminer l'étude de cette année, dont nous n'aurons les statistiques officielles complètes que dans quelques semaines, nous pouvons nous faire une première idée en consultant le tableau suivant.

tableau comparatif décès 2011 2020

Puisque selon l'INSEE il y a eu entre le 1er septembre et le 14 décembre très exactement 201586 décès et que nous avons les chiffres estimés jusqu'à fin octobre, nous pouvons en déduire les chiffres approximatifs pour novembre et décembre (en italiques dans le tableau).

Il en résulte que :

Pour toute l'année 2020, malgré (ou grâce…) les confinements, masques, arrêts de soins, etc., il n'y a eu "que" 30688 décès de plus.

Alors qu'on nous claironne que le Covid aurait causé à lui seul (ou presque) plus de 60.000 décès. OU diable vont-ils les chercher ??? Une seule réponse possible : on n'a plus le droit de mourir d'autre chose que du millésime 19 du Coronacircus.

Car enfin, à toutes les causes de décès habituelles, qui, on l'a vu ont été amplifiées par les mesures coercitives, il faut ajouter les suicides de gens plongés dans le désespoir de s'en sortir, les euthanasies dans les maisons de retraite ainsi que dans les hôpitaux lorsqu'il fallait faire dégager des lits de réanimation occupés par des personnes âgées pour laisser la place à des plus jeunes… Lorsqu'on enlève toutes ces causes qui pour la plupart n'ont rien à voir directement avec le virus, il ne reste vraiment plus grand-chose.

Dernier point remarquable : En Janvier 2017 il y a eu, toujours selon l'INSEE, 66990 décès, rien qu'en un mois !!! Soit très exactement le double de la surmortalité de toute l'année (30688) par rapport à 2019 !!!

Ce qui nous donne une idée très précise de l'ampleur du mensonge gouvernemental.

Et ce mensonge va continuer de plus belle, puisqu'on va venir nous servir que c'est de notre faute si l'épidémie de faux positifs continue de plus belle, que nous n'avons pas été assez sages, que les mesures prises n'étaient pas assez sévères.

Et pour justifier toute cette dictature, comme tous les ans, au mois de janvier et souvent encore en février, les décès augmentent. C'est une loi de la nature. Et personne n'y pourra jamais rien. Même la clique à Micron/Jupiter. Les personnes fragilisées par leur mode de vie, leur alimentation inadaptée, leurs stress, leur environnement décèderont à la première "goutte d'eau en trop". La grippe saisonnière est cette goutte aussi pour les personnes en fin de vie. N'oublions pas que la moyenne d'âge des personnes décédées soi-disant du Covid est partout très largement supérieure à 80 ans !!! C'est l'âge maximum de l'espérance de vie chez les français…

Enfin en ces derniers jours de cette année 2020 rendue exécrable par une bande de psychopathes, des idiots utiles dans le genre du Maire de Nancy réclament à corps et à cris des mesures plus restrictives de confinement total pour tenter de faire face à l'épidémie virtuelle de cas non malades et qui s'obstinent du même coup à ne pas trépasser.

J'ajouterai donc à mes statistiques hebdomadaires celles de la ville de Nancy qui méritera d'être suivie et comparée au reste du pays.

Il s'avère jusqu'ici qu'à Nancy, nous avons une hécatombe terrifiante en décembre 2020 de très exactement 31 décès de plus (136) qu'en 2019 (105) et 23 de plus qu'en 2018 (113). Alors que tout le reste de l'année est strictement NORMAL. Pas de première vague, et la seconde vaguelette en août semble surtout due au port du masque en pleine période caniculaire. Mais chut, ne le répétez pas, c'est du pur conspirationnisme. Et que veulent donc dire les 136 décès de ce mois de décembre, à côté des 146 du mois de janvier 2019 et surtout des 169 de mars 2018 ??? alors qu'en mars 2020 nous étions à 103 !!!

Ensuite, pour démontrer que ce qui se passe d'une année à l'autre et à prendre avec la plus extrême prudence, et ne doit en aucun cas susciter un alarmisme tel que celui que le Maire actuel de Nancy à fait preuve dans les médias. Sauf si ses motivations n'ont rien de sanitaire ... Car si on regarde l'année 2017, où je le rappelle en janvier il y a eu au niveau national plus de 60 000 décès, à Nancy, RIEN, la courbe est restée toute l'année d'une linéarité à faire faire une méningite mortelle à n'importe quel statiticien disciple de Neil Ferguson. 

Et pourtant, entre 2017 et et 2019, rien n'a changé apparemment, même la population est restée relativement stable. Alors ? Le Conseil Scientifique de Micron ? Que trouvera-t-il à dire ???

stat Nancy 2017 2020