Les dessous géopolitiques de la situation actuelle (suite)

Dans le prolongement de mon premier article paru en 2020 sous ce titre, voici un excellent complément pour mieux comprendre ce qui se passe sous nos yeux médusés.

Les évènements de l'actualité sont depuis toujours dépeints comme étant une "crise". Politique, économique, sanitaire, etc… Or le propre d'une crise est d'être passagère. Mais, surtout ces dernières décennies, nous surfons de crise en crise. Que chaque "gouvernement" nous promet de "redresser" comme par magie en ces périodes pré-électorales. Les crises successives sont devenues un état de fait permanent.

Nous sommes actuellement (ou plutôt toujours) confrontés à une guerre entre la Russie de Poutine et les Etats-Unis d'Amérique par Otan et Europe interposés.

A ne pas perdre de vue, pour avoir suffisamment de recul que ce sont les banquiers de la City londonienne et de Wall-street (Rothschild en tête), qui avaient financé à l'époque Lénine et surtout Trotsky. Et qui ont donc contribué, sinon sciemment fabriqué de toutes pièces, "le diable du camp d'en face". Indispensable pour maintenir les budgets militaires et de recherche guerriers des USA.

Ensuite il y a le fait que Poutine chercherait non pas à envahir et/ou annexer l'Ukraine, mais uniquement à détruire les installations militaires et de guerre bactériologique mises en place essentiellement par le Département de la Défense américain en Ukraine, tout le long de la frontière russe. Ce qui, on en conviendra n'est acceptable ni par la Russie le long de ses frontières, ni par aucune autre nation le long des siennes). Rappelons-nous l'épisode des missiles de l'URSS à Cuba

Car TOUTES les nations qui disposent de la technologie adéquate ont développé et développent toujours toutes sortes de "cochonneries" bactériennes et autres, en prétextant prévenir une "agression" éventuelle d'un autre état. La guerre bactériologique est "entrée dans les mœurs" surtout à partir des années 1990, au lendemain de la chute de l'URSS (organisée et provoquée par les Etats-Unis), puisque tous les chefs d'Etat et responsables gouvernementaux étaient régulièrement convoqués à des symposiums et autres "lavages de cerveau" en vue de les "instruire" sur la manière de faire face à une agression bactériologique.

La Russie de Poutine aujourd'hui n'est pas plus innocence que les Etats-Unis ou les pays européens dans les menaces bactériologiques planétaires.

La situation guerrière actuelle ne relève donc que de stratégie géopolitique. Et tombe donc pile poil au bon moment, pour maintenir la psychose initiée par l'hystérie covidienne.

------------------------------------------------------------

COVID-19 Deep Dive Part III : Criminal Conspiracy

Le troisième d'une série d'articles explorant en détail chaque aspect de la pandémie.

Lire la partie 1 ici
Lire la partie 2 ici

La pandémie est elle-même le produit d'un racket, d'une fraude et de malversations à une échelle incroyable

Par "Spartacus" –

 Le DOD (Département de la Défense) et la bio défense

A partir de 1991, le programme coopératif de réduction des menaces Nunn-Lugar a cherché à sécuriser et à démanteler les ADM (Armes de Destruction Massives) russes après la chute de l'Union soviétique, censément réduire la menace posée par leurs stocks massifs d'armes nucléaires, chimiques et biologiques.

Les Soviétiques avaient un certain nombre d'installations où ils expérimentaient des agents pathogènes mortels à utiliser dans la guerre, comme la tristement célèbre installation VEKTOR de Biopreparat, où les Soviétiques jouaient avec la variole militarisée.

En 1992, Kanatzhan "Kanat" Alibekov (alias Ken Alibek) a quitté la Russie pour les États-Unis. Il était colonel dans l'armée soviétique et premier directeur adjoint de Biopreparat. Il a supervisé la manipulation et l'expérimentation par les Soviétiques de divers agents pathogènes transformés en armes. Il a compilé ses expériences dans un tome vraiment effrayant intitulé Biohazard.

Au début des années 2000, un boursier nommé Michael Callahan a visité un certain nombre d'installations de Biopreparat, dans le cadre du programme BII.

Initiative BioIndustrie

La mission de la BioIndustry Initiative est de contrer la menace du bioterrorisme par une transformation ciblée des anciennes capacités soviétiques de recherche et de production d'armes biologiques.

La BioIndustry Initiative (BII) du Département d'État des États-Unis est un programme de non-prolifération autorisé par la loi sur les crédits supplémentaires de défense et d'urgence pour l'exercice 2002 (loi publique 107-117). BII se concentre sur deux objectifs :  

  • La reconfiguration des anciennes installations de production d'armes biologiques (BW) soviétiques, leur technologie et leur expertise à des fins pacifiques (!!!).
  • L'engagement de scientifiques soviétiques en armes biologiques et chimiques dans des projets collaboratifs de R&D [recherche et développement] pour accélérer le développement de médicaments et de vaccins contre les maladies hautement infectieuses.

Il s'agissait d'un programme dirigé par le DOS américain, qui a vu de nombreux biologistes et virologues américains de premier plan visiter d'anciennes installations de guerre biologique soviétiques (telles que le VECTOR susmentionné) pour examiner la technologie qu'ils avaient développée au fil des ans et voir si quelque chose convenait au brevetage et réaffectation à un usage civil.

Raul Diego et Whitney Webb ont écrit un article vraiment stellaire sur tout cela qu'il faut voir pour le croire :

L'homme de la DARPA à Wuhan

Un an plus tard, en 2002, Callahan serait engagé par le directeur du Département d'État pour le Bureau de la sécurité internationale et de la non-prolifération pour servir de « directeur clinique des programmes de réduction coopérative des menaces [CTR] » dans six anciennes installations d'armes biologiques de l'Union soviétique dans le cadre du programme BioIndustry Initiative (BII), où il a été officiellement chargé de mener à bien les objectifs déclarés de la mission, qui impliquaient la "reconfiguration des anciennes installations de production d'armes biologiques" dans l'ex-Union soviétique et l'accélération de la "production de médicaments et de vaccins" . Plus précisément, cependant, Callahan serait chargé des  programmes de gain de fonction  pour les agents viraux dans ces installations. 

En 2005, deux faits notables se sont produits.

Ken Alibek a témoigné devant le Congrès aux côtés de Michael Callahan. Ce témoignage, aux côtés de nombreux autres signes avant-coureurs, agirait pour gonfler le trésor de guerre de la DARPA. Bientôt, les groupes de réflexion du DOD verraient leurs budgets de bio défense grossir de centaines de millions de dollars.

L'autre chose qui s'est produite, c'est que le sénateur Barack Obama et Dick Lugar ont supervisé la création de laboratoires et de stations de surveillance épidémiologique exploités conjointement en Ukraine, avec la bénédiction de Victor Yuschenko et avec la participation du département américain de la Défense. Plus à ce sujet, plus tard.
Image1

Après l'épidémie de SRAS de 2002 à 2004, il y avait beaucoup d'intérêt pour ces nouveaux types de coronavirus et les opportunités de mener des recherches GOF les impliquant.

En 2009, l'USAID a lancé le programme PREDICT à l'UC Davis, qui fait partie du programme global Emerging Pandemic Threats (EPT) de l'USAID.

UC Davis PRÉDICT

PREDICT, un projet du programme Emerging Pandemic Threats (EPT) de l'USAID, a été lancé en 2009 pour renforcer la capacité mondiale de détection des virus à potentiel pandémique qui peuvent se déplacer entre les animaux et les humains. PREDICT a apporté une contribution significative au renforcement des capacités mondiales de surveillance et de diagnostic en laboratoire pour les virus connus et nouvellement découverts au sein de plusieurs groupes de virus importants, tels que les filovirus (y compris les ebolavirus), les virus de la grippe, les paramyxovirus et les coronavirus.

Les activités de PREDICT ont soutenu la préparation aux menaces de pandémie émergentes et le programme de sécurité sanitaire mondiale, principalement en Afrique et en Asie. Une décennie plus tard, plus de 30 pays à travers le monde disposent de systèmes plus solides pour détecter, identifier, prévenir et répondre en toute sécurité aux menaces virales. PREDICT a lancé One Health Surveillance, une approche collaborative transdisciplinaire pour comprendre le risque de maladies infectieuses à l'interface animal-humain. La main-d'œuvre formée par PREDICT, y compris des spécialistes des maladies zoonotiques et des scientifiques de laboratoire dans plus de 60 laboratoires nationaux, universitaires et partenaires, est l'une des meilleures ressources d'intervention pour aider à la détection et à la réponse sûres et sécurisées au COVID-19 et à d'autres menaces biologiques émergentes.

L'objectif déclaré de ce programme était de surveiller les agents pathogènes susceptibles de présenter un risque de propagation zoonotique. Cela semble raisonnable à première vue. Certaines des pires maladies de l'histoire de l'humanité ont commencé chez les animaux sauvages et se sont propagées aux humains.

Cependant, la façon dont le risque de débordement est "prédit" consiste à échantillonner des virus animaux et à mener des recherches GOF [Gain de fonction] sur eux pour les rendre capables d'infecter des cellules humaines, ce qui est un processus fondamentalement indiscernable de la recherche sur les armes biologiques. C'est pourquoi ils l'appellent DURC, ou recherche préoccupante à double usage.

 GOF (Gain de fonction)

La recherche sur le gain de fonction consiste à modifier un agent pathogène dans un laboratoire pour le rendre plus infectieux ou virulent chez l'homme.

De nombreux virus animaux ne peuvent pas infecter les humains car leurs protéines structurelles sont spécialisées pour utiliser des récepteurs hôtes basés sur des gènes animaux, qui sont souvent des homologues proches des versions humaines de ces gènes, mais pas tout à fait identiques. Une méthode typique pour conférer à un virus la capacité d'infecter des personnes consiste à modifier ses protéines structurelles, soit par recombinaison artificielle (insertion manuelle des gènes), soit par passage en série (évolution forcée dans des lignées cellulaires humaines).

Pour le SRAS-CoV-2, par exemple, qui utilise l'interaction de Spike et d'ACE2 pour infecter les cellules, les récepteurs ACE2 humains et de chauve-souris ne sont pas vraiment les mêmes. Ils sont proches, mais pas identiques. Dans la recherche sur le SRAS, il est courant d'utiliser des souris hACE2 transgéniques qui possèdent la version humaine du gène de l'ACE2, rendant leurs cellules sensibles à l'infection par des souches de SRAS adaptées à l'homme.

MODÈLE DE SOURIS TRANSGÉNIQUE HACE2 POUR LA RECHERCHE SUR LE CORONAVIRUS (COVID-19)

En 2007, le Dr Paul McCray et al de l'Université de l'Iowa ont publié une étude dans laquelle ils ont introduit un vecteur portant une séquence codante ACE2 humaine dans des souris de type sauvage et ont ensuite développé une souche de souris transgénique hACE2 réussie. L'expression de l'ACE2, qui est régulée par le promoteur de la cytokératine humaine 18 (K18) dans les cellules épithéliales, a été observée dans les cellules épithéliales des voies respiratoires initialement infectées. Des études ont montré que la souris transgénique K18-hACE2 infectée par une souche humaine de SRAS-CoV par inoculation intranasale ne survivrait pas.

L'infection commencerait dans l'épithélium des voies respiratoires, se propagerait aux alvéoles et finalement des poumons au cerveau. L'infection provoque une infiltration de macrophages et de lymphocytes dans les poumons et une régulation à la hausse des cytokines et des chimiokines pro-inflammatoires dans les poumons et le cerveau. Trois à cinq jours après l'infection, les souris K18-hACE2 ont commencé à perdre du poids et à devenir léthargiques avec une respiration laborieuse. Tous sont morts en sept jours. Ces observations soutiennent que l'expression transgénique de hACE2 dans les cellules épithéliales peut convertir une infection modérée par le SRAS-CoV en une maladie mortelle.

Grâce à ces études, les scientifiques ont pu déterminer que le SRAS était capable de provoquer des réactions inflammatoires dans des modèles murins, en particulier dans les poumons et dans les tissus cérébraux, présageant la pneumonie et les complications neurologiques du COVID-19.

Rien de tout cela n'était un mystère pour les experts du SRAS, quelle que soit la fréquence à laquelle la presse l'a dépeint comme un point vide dans les connaissances de l'humanité lors de la récente pandémie.

D'autres choses qui répondent à la définition de gain de fonction incluent, par exemple, la création de "chiméravirus" avec des caractéristiques de plusieurs virus mélangés, comme la fabrication de la rage aéroportée ou l'insertion de gènes Ebola dans la rougeole. Des expériences de cette nature ont été réalisées partout dans le monde, sous l'euphémisme « gain de fonction.

Impact de la génomique synthétique sur la menace du bioterrorisme avec des agents viraux

En 2002, une équipe de chercheurs de l'Université d'État de New York dirigée par Eckard Wimmer a assemblé une matrice d'ADN pour le poliovirus à ARN en utilisant une séquence de nucléotides disponible sur Internet et des oligonucléotides synthétiques vendus par correspondance. À l'aide d'une procédure de laboratoire de routine, ils ont ensuite converti l'ADN en ARN et produit un poliovirus infectieux et neurovirulent capable de paralyser et de tuer des souris. Ces travaux ont clairement démontré pour la première fois la faisabilité de la synthèse chimique d'un agent pathogène ne connaissant que sa séquence nucléotidique. Certains ont qualifié le travail "d'irresponsable" et il y avait de nombreuses spéculations dans la presse selon lesquelles les bioterroristes pourraient utiliser la technologie pour créer des virus plus virulents, comme la variole, à partir de séquences génétiques publiées ou créer de nouveaux virus plus mortels. Wimmer a répliqué "qu'un malfaiteur n'utiliserait pas cette méthode très fastidieuse pour synthétiser un virus. Ce terroriste utiliserait plutôt des virus déjà existants dans la nature."

La technologie pour ce faire devient de plus en plus répandue et accessible. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'un certain nombre d'acteurs non étatiques violents aient des idées amusantes, et qu'un "bio hacker" parmi eux décide de produire synthétiquement des agents pathogènes viables dans leur sous-sol avec des dizaines de milliers de dollars d'équipements truqués par un jury à partir de trucs sur eBay. Cependant, le faire en toute sécurité sans que l'expérimentateur ne s'infecte accidentellement, est une toute autre histoire.

En 2014, un certain nombre de scientifiques aux États-Unis ont décidé qu'ils en avaient assez. La recherche sur le SRAS GOF était, et est toujours, trop dangereuse pour être effectuée avec désinvolture, dans les laboratoires universitaires BSL-3. Ils demandèrent et obtinrent un moratoire sur ces recherches.

Processus délibératif du gouvernement américain sur le gain de fonction et suspension du financement de la recherche sur certaines recherches sur le gain de fonction impliquant les virus de la grippe, du MERS et du SRAS

Processus délibératif sur le gain de fonction Commentaires publics écrits

De 2014 à 2017, il ne devait y avoir aucun financement fédéral pour la recherche du GOF impliquant la grippe, le MERS ou le SRAS aux États-Unis, que ce soit.

L'USAID et son programme PREDICT, cependant, ne se sont pas arrêtés. Ils ont continué à financer la recherche du GOF en blanchissant l'argent par le biais d'ONG, au mépris direct du moratoire.

Ralph Baric 

Ralph Baric est un virologue et un expert de longue date des coronavirus de type SRAS à l'UNC Chapel Hill en Caroline du Nord, où il a effectué des recherches primées pendant plus d'une décennie. Le sens technique de l'homme ne fait aucun doute. Au dire de tous, il est un brillant virologue.

Le voici dans un panel en 2014, élucidant l'importance du travail de gain de fonction dans la prédiction des événements de débordement zoonotique :

Ici, il tient une conférence en 2018, faisant la leçon à son auditoire sur la même chose :

Les médias affirment que le Dr Baric fait l'objet d'une chasse aux sorcières, amplifiée par les grillades d'Anthony Fauci par Rand Paul.

Pourquoi la recherche sur les coronavirus de Ralph Baric à l'UNC a engendré des théories du complot

En août, après que le président Joe Biden a chargé des responsables du renseignement d'enquêter sur l'origine du COVID-19, des publications proches du gouvernement chinois ont également visé Baric, publiant des rapports disant que les laboratoires de l'UNC et de Fort Detrick, au Maryland, devraient faire l'objet d'une enquête. N&O signalé précédemment. Les articles, qui se sont répandus dans les résultats de recherche Google, faisaient partie d'une campagne de désinformation menée par la Chine, a rapporté le New York Times. Ces derniers mois, Baric a été plus énergique dans ses dénonciations selon lesquelles son laboratoire avait quelque chose à voir avec l'origine du virus – en particulier après que le sénateur républicain Rand Paul du Kentucky l'ait accusé de fabriquer des super virus.

Est-ce vrai ? Ralph Baric n'avait-il aucun lien avec Fort Detrick ?

En fait, ce n'est pas vrai. Il possédait en fait de telles relations, à travers sa relation avec Peter Jahrling. Ils ont co-écrit un article ensemble, en fait :

PLOS Medicine - Le macaque cynomolgus comme modèle animal pour le syndrome respiratoire aigu sévère

Afin de caractériser les paramètres cliniquement pertinents de l'infection par le SRAS-CoV chez les PNH, nous avons infecté des macaques cynomolgus avec le SRAS-CoV en trois groupes : le groupe I a été infecté dans les narines et les bronches, le groupe II dans les narines et la conjonctive, et le groupe III par voie intraveineuse. Les primates non humains des groupes I et II ont développé une maladie symptomatique légère à modérée. Tous les PSN ont démontré des signes de réplication virale et ont développé des anticorps neutralisants. Les radiographies thoraciques de plusieurs animaux des groupes I et II ont révélé une pneumonie uni focale ou multifocale qui a culminé entre les jours 8 et 10 après l'infection. Les tests de laboratoire clinique n'ont pas été significativement modifiés. Dans l'ensemble, l'inoculation par voie muqueuse a produit une maladie plus importante que l'inoculation intraveineuse. La moitié des animaux du groupe I ont été infectés par un clone infectieux recombinant SARS-CoV dérivé de la souche SARS-CoV Urbani. Ce clone infectieux a produit une maladie impossible à distinguer de la souche Urbani de type sauvage.

Peter Jahrling, à son tour, a été impliqué dans la construction de l'installation de recherche intégrée du NIAID à Fort Detrick, mettant ainsi les mains du NIAID et d'Anthony Fauci dans le gâteau, permettant aux virologues civils de collaborer étroitement avec des chercheurs militaires :

Wiley - L'installation de recherche intégrée du NIAID à Frederick, Maryland : une ressource internationale unique pour faciliter le développement de contre-mesures médicales pour les agents pathogènes BSL-4

Les scientifiques du National Institute of Allergy and Infectious Diseases Integrated Research Facility de Fort Detrick, Frederick, Maryland, coordonnent et facilitent la recherche préclinique sur les maladies infectieuses afin de développer des contre-mesures médicales pour les agents pathogènes à conséquences élevées. Cette installation est unique en ce sens qu'il s'agit du seul laboratoire de confinement maximal au monde où des équipements d'imagerie médicale conventionnels et moléculaires sont intégrés à la conception de l'installation. Cette capacité fournit aux enquêteurs des outils uniques pour disséquer la pathogenèse de la maladie, évaluer la capacité des modèles animaux à récapituler la maladie humaine et tester les contre-mesures candidates. Il est important de noter que l'imagerie moléculaire avancée a le potentiel de fournir des paramètres alternatifs à la létalité. En utilisant ces paramètres alternatifs, les chercheurs peuvent réduire le nombre d'animaux utilisés dans les expériences et évaluer les contre-mesures dans les modèles sublétaux. Avec l'incorporation de modalités d'imagerie médicale, un laboratoire clinique calqué sur ceux qui existent dans les hôpitaux et une équipe de médecine vétérinaire hautement qualifiée, l'IRF-Frederick est particulièrement bien placé pour faire progresser notre compréhension des maladies infectieuses émergentes et pour faciliter le développement de contre-mesures médicales et cliniques. Ces paradigmes de soins étaient auparavant considérés comme impossibles.

Ralph Baric a également collaboré avec Shi Zhengli dans sa propre recherche sur le SRAS, et ils ont co-écrit un article ensemble en 2015 :

Nature - Un groupe de coronavirus de chauve-souris en circulation semblable au SRAS montre un potentiel d'émergence humaine

L'émergence du SRAS-CoV a annoncé une nouvelle ère dans la transmission inter-espèces des maladies respiratoires graves, la mondialisation entraînant une propagation rapide dans le monde et un impact économique massif 3 , 4 . Depuis lors, plusieurs souches, dont les souches de grippe A H5N1, H1N1 et H7N9 et le MERS-CoV, ont émergé des populations animales, causant des maladies, une mortalité et des difficultés économiques considérables dans les régions touchées 5 . Bien que les mesures de santé publique aient pu arrêter l'épidémie de SRAS-CoV 4 , de récentes études métagénomiques ont identifié des séquences de virus de type SRAS étroitement apparentés circulant dans les populations de chauves-souris chinoises qui pourraient constituer une menace future 1 , 6. Cependant, les données de séquence fournissent à elles seules des informations minimales pour identifier et se préparer aux futurs virus prépandémiques. Par conséquent, pour examiner le potentiel d'émergence (c'est-à-dire le potentiel d'infecter les humains) des CoV de chauve-souris en circulation, nous avons construit un virus chimérique codant pour une nouvelle protéine de pointe CoV zoonotique - à partir de la séquence RsSHC014-CoV qui a été isolée à partir de chauves-souris fer à cheval chinoises 1 —dans le contexte du squelette adapté à la souris du SARS-CoV. Le virus hybride nous a permis d'évaluer la capacité de la nouvelle protéine de pointe à provoquer une maladie indépendamment d'autres mutations adaptatives nécessaires dans son squelette naturel. En utilisant cette approche, nous avons caractérisé l'infection par le CoV médiée par la protéine de pointe SHC014 dans les cellules primaires des voies respiratoires humaines et in vivo, et testé l'efficacité des thérapies immunitaires disponibles contre le SHC014-CoV. Ensemble, la stratégie traduit les données métagénomiques pour aider à prévoir et à se préparer aux futurs virus émergents.

Dans cette recherche, ils ont utilisé la génétique inverse pour examiner comment les modifications de divers gènes affectaient le phénotype viral. Ce que dit cet article, c'est qu'ils ont littéralement produit une chimère du SRAS avec une protéine Spike modifiée qui était capable d'infecter des cellules humaines in vitro. Cela répond à la définition de la recherche de gain de fonction.

La nature elle-même l'admettait, dans un article publié la même année :

Le virus de la chauve-souris artificielle suscite un débat sur la recherche risquée

Dans un article publié dans Nature Medicine 1 le 9 novembre, des scientifiques ont enquêté sur un virus appelé SHC014, qui se trouve chez les chauves-souris en fer à cheval en Chine. Les chercheurs ont créé un virus chimérique, composé d'une protéine de surface de SHC014 et de l'épine dorsale d'un virus du SRAS qui avait été adapté pour se développer chez la souris et imiter la maladie humaine. La chimère a infecté des cellules des voies respiratoires humaines, ce qui prouve que la protéine de surface de SHC014 a la structure nécessaire pour se lier à un récepteur clé sur les cellules et les infecter. Il a également causé des maladies chez les souris, mais ne les a pas tuées.

Bien que presque tous les coronavirus isolés de chauves-souris n'aient pas été capables de se lier au récepteur humain clé, SHC014 n'est pas le premier à pouvoir le faire. En 2013, des chercheurs ont signalé cette capacité pour la première fois dans un coronavirus différent isolé de la même population de chauves-souris 2 .

MIT Technology Review avait également ceci à dire :

À l'intérieur de l'ingénierie risquée du virus de la chauve-souris qui relie l'Amérique à Wuhan

En 2013, le virologue américain Ralph Baric a approché Zhengli Shi lors d'une réunion. Baric était un expert de premier plan des coronavirus, avec des centaines d'articles à son actif, et Shi, avec son équipe de l'Institut de virologie de Wuhan, les avait découverts par poignées dans des grottes de chauves-souris. Dans un échantillon de guano de chauve-souris, Shi avait détecté le génome d'un nouveau virus, appelé SHC014, qui était l'un des deux plus proches parents du virus original du SRAS, mais son équipe n'avait pas été en mesure de le cultiver en laboratoire.

Baric avait développé un moyen de contourner ce problème – une technique de "génétique inverse" dans les coronavirus. Non seulement cela lui permettait de donner vie à un virus réel à partir de son code génétique, mais il pouvait également mélanger et assortir des parties de plusieurs virus. Il voulait prendre le gène "spike" de SHC014 et le déplacer dans une copie génétique du virus du SRAS qu'il avait déjà dans son laboratoire. La molécule de pointe est ce qui permet à un coronavirus d'ouvrir une cellule et d'y pénétrer. La chimère résultante démontrerait si la pointe de SHC014 se fixerait aux cellules humaines.

Si c'était le cas, cela pourrait l'aider dans son projet à long terme de développement de médicaments et de vaccins universels contre le spectre complet des virus de type SRAS qu'il considérait de plus en plus comme des sources de pandémies potentielles. Un vaccin contre le SRAS avait été développé, mais on ne s'attendait pas à ce qu'il soit très efficace contre les coronavirus apparentés, tout comme les vaccins antigrippaux fonctionnent rarement contre les nouvelles souches. Pour développer un vaccin universel qui déclenchera une réponse anticorps contre une gamme de virus de type SRAS, vous devez montrer au système immunitaire un cocktail de pointes. SHC014 pourrait en faire partie.

Ralph Baric, un expert des techniques de passage en série , a partagé la technologie et le savoir-faire américains exclusifs avec Shi Zhengli. Cela signifie que Shi Zhengli aurait pu mener indépendamment un travail similaire, de sa propre initiative, avec ou sans l'aide du Dr Baric.

Le 12 décembre 2019, Ralph Baric a pris livraison de "candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna".

Des documents confidentiels révèlent que Moderna a envoyé un candidat vaccin ARNm contre le coronavirus à des chercheurs universitaires des semaines avant l'émergence de Covid-19

L'accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l'innovation à l'Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.

L'accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l'accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L'autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, mais cette signature n'était pas datée.

L'accord peut être consulté à la page 105 de ce document :

Accords confidentiels NIH Moderna

Image2

Ceci est extrêmement suspect pour un certain nombre de raisons.

  • C'était le 12 décembre 2019, avant que quiconque ne sache vraiment qu'une épidémie s'était produite à Wuhan.
  • Ralph Baric est un expert du SRAS et un collègue de Shi Zhengli.
  • Le seul vaccin candidat à l'ARNm contre le coronavirus que nous connaissons et sur lequel Moderna travaillait était l'ARNm-1273.
  • Il indique que le NIAID et Moderna sont copropriétaires d'un vaccin à ARNm.
  • Moderna a affirmé avoir reçu la séquence du 2019-nCoV le 11 janvier 2020 et en avoir développé un vaccin dans les 48 heures . La chronologie ne correspond pas. Si nous supposons que le vaccin dont il est question dans cet accord de transfert de matériel était l'ARNm-1273, alors le vaccin existait en fait un mois plus tôt, ou plus.

Ralph Baric et son laboratoire ont également été impliqués dans la validation et les tests du Remdesivir, via le partenariat direct de Gilead Sciences et Baric Lab

Le remdesivir, développé grâce à un partenariat UNC-Chapel Hill, s'avère efficace contre le COVID-19 dans les essais cliniques humains du NIAID

Remdesivir a été développé grâce à un partenariat universitaire-entreprise entre Gilead Sciences et le Baric Lab de l'Université de Caroline du Nord à la Gillings School of Global Public Health de Chapel Hill. La société biopharmaceutique a recherché les talents d'une équipe de recherche dirigée par William R. Kenan, Jr. Distinguished Professor of Epidemiology Ralph Baric , qui a étudié les coronavirus pendant plus de 30 ans et a été le pionnier des approches de réponse rapide pour l'étude des virus émergents et le développement de la thérapeutique.

Le remdesivir a fini par être à la fois inutile et potentiellement hépatotoxique, cependant, le COVID-19 est capable de provoquer à lui seul des anomalies AST/ALT, qui peuvent masquer ou même augmenter la toxicité du médicament :

Lésion hépatique induite par le remdesivir et infection grave au COVID-19

Contexte et objectifs : Le remdesivir est identifié comme une option thérapeutique efficace dans le COVID-19, mais sa sécurité hépatique n'a pas été bien étudiée. Nous avons donc cherché à identifier le schéma et la gravité de l'hépatotoxicité chez les patients COVID-19 traités par remdesivir. Méthodes : Cette étude transversale a été réalisée dans une unité dédiée au COVID-19 d'un hôpital universitaire de Dhaka, au Bangladesh, parmi les cas graves de COVID-19. Les altérations des fonctions hépatiques ont été comparées entre les patients traités par le remdesivir et les patients non traités par le remdesivir. Résultats : Sur 50 cas graves de COVID-19, 25 avaient reçu du remdesivir et 25 avaient reçu d'autres soins de support sans remdesivir. Les valeurs médianes sériques d'aspartate aminotransférase (AST) et d'alanine aminotransférase (ALT) étaient significativement plus élevées dans le bras traité par le remdesivir (valeur p pour AST <0,0001 et ALT <0,001). L'élévation de grade 2 de l'AST et de l'ALT et l'élévation de grade 3 des niveaux d'AST étaient significativement plus élevées dans le groupe traité par le remdesivir. Aucun patient n'a présenté d'élévation significative de la bilirubine (≥ 2,5 mg/dl) et un seul patient a présenté un INR > 1,5 dans le bras traité par le remdesivir. Conclusion : De nombreux patients atteints de COVID-19 sévère avaient une élévation légère à modérée des aminotransférases. Si l'élévation des enzymes hépatiques survient après le début du remdesivir, les effets indésirables du médicament doivent être pris en compte et l'arrêt du médicament peut être nécessaire en cas d'élévation sévère.

Le remdesivir a été l'une des prises d'argent les plus odieuses de l'histoire pharmaceutique. Il en coûte 3 120 $ par traitement :

Le remdesivir de traitement du coronavirus de Gilead coûtera 3 120 $ par patient américain avec une assurance privée

Gilead Sciences  a annoncé lundi le prix très attendu de son remdesivir pour le traitement des coronavirus , affirmant qu'il coûtera aux hôpitaux 3 120 $ pour un patient américain typique avec une assurance commerciale.

La société a annoncé ses plans de tarification en vue de commencer à facturer le médicament antiviral en juillet. La société a fait don de doses au gouvernement américain pour distribution depuis qu'elle a reçu l'autorisation d'utilisation d'urgence en mai . 

Cela est encore aggravé par le fait que le Remdesivir lui-même n'est même pas le médicament lui-même. C'est un promédicament qui est transformé en médicament réel par l'activité des enzymes hépatiques. Son métabolite beaucoup moins toxique et plus puissant, le GS-441524, est le véritable médicament. Il existe un marché noir aux États-Unis pour le GS-441524 pour la péritonite infectieuse féline.

Pourquoi ne pas simplement donner aux gens le GS-441524 et l'appeler un jour ? La réponse, sans surprise, est l'argent.

Gilead protège son brevet de médicament au lieu de protéger les patients COVID-19

Le groupe de surveillance des consommateurs Public Citizen a accusé mardi que la société refuse de tester et de développer le GS-441524 parce que la vente du remdesivir, un médicament inférieur, est plus rentable. (Gilead n'a pas répondu à une demande de commentaire.)

En d'autres termes, Gilead possède une mine d'or, mais il ne nous vendra que l'étain qu'il déterre. Il laisse l'or dans le sol, car le métal inférieur est plus rentable.

"On ne sait pas pourquoi Gilead et les scientifiques fédéraux n'ont pas poursuivi le GS-441524 aussi agressivement que le remdesivir, mais la réponse peut être trouvée dans les brevets de la société", a déclaré Public Citizen dans une lettre envoyée à la société et aux hauts responsables fédéraux de la santé. . «Le monopole de la société sur le remdesivir peut durer cinq ans de plus que celui du GS-441524, permettant à Gilead de réaliser des bénéfices nettement plus importants grâce à la vente de remdesivir en tant que traitement COVID-19.»

Si votre sang ne bout pas encore, il le fera bientôt.

 Peter Daszak

Peter Daszak est le président d'EcoHealth Alliance. EcoHealth Alliance est une ONG basée à New York qui prétend être impliquée dans la recherche sur la prévention des retombées zoonotiques. Ils financent des chercheurs qui échantillonnent et expérimentent des virus animaux. Ils sont très impliqués dans ce processus.

Qui est Peter Daszak, en fait ? C'est un parasitologue et zoologiste d'origine anglo-ukrainienne. Son frère, John Daszak, est un chanteur d'opéra.

Son père, Bohdan/Bogdan Daszak, était un collaborateur nazi ukrainien.

Profil de Peter Daszak

John Daszak avait non seulement une mère puissante, mais son père, Bogdan Daszak, avait vécu une vie de bravoure et de détermination exceptionnelles. Il avait réussi l'exploit extraordinaire d'atteindre l'Angleterre depuis l'Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale. [En tant que prisonnier de guerre] Quand il avait environ 16 ans, en mars 1944, les Allemands avaient occupé son pays. Ils l'ont capturé en faisant le tour des villages en menaçant de tirer sur les familles à moins que les fils ne rejoignent l'armée allemande. À cette époque, les garçons détestaient encore plus les Russes et étaient donc prêts à rejoindre les Allemands qui combattaient les Russes. Mais depuis que les Russes sont devenus des alliés des Britanniques, les garçons sont devenus des ennemis des Britanniques. Beaucoup de ceux qui avaient été maltraités se sont enfuis. Bodgen était cependant un garçon de la ville instruit, pas un paysan comme les autres, il a donc été utilisé pour la paperasse dans un camp [de la mort nazi].1. Il a finalement été pris comme prisonnier de guerre par les Britanniques. Il ne pouvait pas savoir si sa famille était vivante, ni essayer de les contacter parce qu'il savait que si quelqu'un découvrait qu'il était vivant, ils tortureraient sa famille. En fait, le père de Bogdan a été torturé par les Russes. Environ 40 ans plus tard, au milieu des années 1980, un ami a repéré le nom de Zenon Daszak dans un magazine et l'a dit à Bogdan, qui était ravi de retrouver vivant son frère perdu depuis longtemps. Zenon, a-t-il dit, pratiquait toujours le violon, et bien qu'il ait lui-même préféré le football, il avait l'habitude de se moquer de la dévotion de son frère. Zenon était devenu directeur des Conservatoires de musique de Lvov en Ukraine, leur ville natale, et avait joué dans l'orchestre du Bolchoï. Lvov était à l'époque sous domination soviétique et il était interdit à un Occidental d'y contacter ouvertement quelqu'un. Bogdan a cependant réussi à transmettre à son frère un message secret, ainsi que son surnom d'enfance que personne d'autre ne connaîtrait. Ils se sont rencontrés en 1989 à Munich où Zenon était juge lors d'un concours international de cordes. Cela devait être en secret pour secouer le KGB. Zenon avait nommé l'un de ses fils Bogdan. Un autre de ses fils, Uri, était devenu un altiste bien connu. Les deux frères sont morts dans la soixantaine et John n'est plus et John n'a plus de contact avec la famille de Zenon. Il avait été particulièrement important pour Bogdan que sa famille devienne totalement britannique. Il leur a interdit de visiter l'Ukraine. 

Peter Daszak, PhD

ÉDUCATION & FORMATION

Bangor University, North Wales, B.Sc., Zoologie avec zoologie appliquée, 1987.

Université d'East London, Royaume-Uni, Ph.D., maladies infectieuses parasitaires, 1994.

BIO

Le Dr Daszak dirige EcoHealth Alliance, un réseau international de scientifiques et d'éducateurs engagés dans des travaux pour sauver les espèces menacées et leurs habitats de l'extinction dans 20 pays à forte biodiversité. Il a précédemment été directeur exécutif du Consortium for Conservation Medicine. Il est originaire de Grande-Bretagne, où il a obtenu un B.Sc. en zoologie et un doctorat en parasitologie. Ses recherches portent sur la taxonomie, la pathologie et l'impact sur la conservation des maladies parasitaires, en particulier celles des vertébrés et des invertébrés non mammifères. En collaboration avec des groupes en Grande-Bretagne, en Australie et aux États-Unis, il a découvert une maladie fongique jusque-là inconnue des amphibiens, la chytridiomycose, qui est une cause majeure du déclin de la population de grenouilles dans le monde et peut être transmise par les ouaouarons (grenouille taureau en France).

Le Dr Daszak occupe des postes auxiliaires dans trois universités américaines et deux britanniques ; a siégé à des comités de l'Union internationale pour la conservation de la nature, de l'Organisation mondiale de la santé, de l'Académie nationale des sciences et du Département de l'intérieur ; et a conseillé une gamme d'organisations gouvernementales, commerciales et non commerciales. Il a été publié dans Science et dans Actes de l'Académie nationale des sciences. De plus, il est actuellement co-auteur d'un livre de vulgarisation scientifique sur les maladies émergentes de la faune. Le Dr Daszak a reçu un certain nombre de prix, dont la médaille CSIRO 2000 pour son travail collaboratif sur la chytridiomycose, une maladie des amphibiens, et son travail a fait l'objet d'une large couverture médiatique dans le Wall Street Journal, le New York Times, le Washington Post, et US News & World Report.

Il écrit aussi des choses vraiment bizarres, comme cette lettre qu'il a écrite aux côtés d'Aleksei Chmura, intitulée A Fall From Grace To… Virulence? , qui est trois gros paragraphes de ce fou dérangé fantasmant sur des événements de débordement viral en utilisant le tableau de Bruegel de 1562, La chute des anges rebelles, comme analogie.

Image3

C'est le contexte et la position de responsabilité qu'occupe Peter Daszak qui le rend si alarmant. Si un pompier écrivait un poème sur la sinistre beauté des flammes, sur le plaisir qu'il éprouve à voir des os noirs calcinés, voudriez-vous qu'il vous sauve d'un immeuble en flammes ?

Je ne suis pas philistin. Je peux voir le point qu'il essayait de faire valoir et la valeur esthétique de l'art lui-même, mais à la lumière des autres actions de Peter, c'est peut-être une chose sur laquelle il devrait élaborer dans une cellule capitonnée, loin, très loin du reste de nous.

Si ses péchés s'arrêtaient là, alors cet article serait vraiment très court. Mais ils ne l'ont pas fait.

Réponse médicale rapide contre les maladies infectieuses : mise en place de capacités durables grâce à des partenariats continus entre les secteurs public et privé : résumé de l'atelier.

Daszak a également partagé que lors de la récente épidémie d'Ebola, EcoHealth Alliance a publié un communiqué de presse et une analyse prédisant quels pays seraient les premiers à être infectés à la suite de voyages aériens mondiaux. 2 On prévoyait que les États-Unis seraient l'un des trois premiers pays qui recevraient des personnes infectées en provenance de pays atteints de la maladie à virus Ebola, et il était prévu que le patient arriverait à l'aéroport de Dulles, Boston Logan, Newark et/ou JFK. Ils s'attendaient à beaucoup d'attention et de couverture, mais au lieu de cela, encore une fois, il y a eu très peu de reprise par les médias. Daszak a réitéré que, jusqu'à ce qu'une crise de maladies infectieuses soit bien réelle, présente et à un seuil d'urgence, elle est souvent largement ignorée. Pour maintenir la base de financement au-delà de la crise, a-t-il déclaré, nous devons accroître la compréhension du public sur la nécessité de MCM tels qu'un vaccin pan-grippe ou pan-coronavirus. Les médias sont un moteur clé, et l'économie suit le battage médiatique. Nous devons utiliser ce battage médiatique à notre avantage pour aborder les vrais problèmes. Les investisseurs répondront s'ils voient un profit à la fin du processus, a déclaré Daszak.

Peter Daszak était très intéressé à faire en sorte que le public reçoive les vaccins obligatoires « pan-influenza » ou « pan-coronavirus », en 2016. Mais pourquoi ?

Selon Andrew Huff, l'ancien vice-président d'EcoHealth Alliance devenu lanceur d'alerte, Peter Daszak a commencé à travailler avec la Central Intelligence Agency américaine en 2015 :

EcoHealth Alliance : Un dénonciateur dénonce la corruption

Fin octobre 2021, Huff dit qu'il "s'est présenté en tant que témoin important et dénonciateur lié à de nombreux comportements contraires à l'éthique et criminels qui ont eu lieu à EcoHealth Alliance. EcoHealth Alliance s'est livrée à une fraude contre le gouvernement américain (fraude par carte de temps et fraude au remboursement des contrats). Huff « les a portées à l'attention de Peter Daszak, du Dr Aleksei Chamura et du directeur financier Harvey Kasdan. Après avoir soulevé ces questions lors de la réunion, Harvey Kasdan est rentré du travail, a eu une crise cardiaque et est décédé.

La lettre de Huff indique que Daszak lui a révélé fin 2015 et début 2016 qu'il travaillait avec la CIA. En fait, à la fin de sa lettre, il postule « que le Dr Peter Daszak pourrait être un agent double travaillant pour le compte du gouvernement chinois sur la base de ses observations de son comportement et de la nature des déclarations liées au travail avec les Chinois (est-ce que ne voient pas les risques, les préoccupations ou d'autres problèmes évidents) liés à la réalisation de travaux de gain de fonction ou d'autres travaux de laboratoire à haut risque en Chine.

Huff a publié plusieurs documents sur Twitter au cours des dix derniers jours, notamment un pitch deck InQTel rédigé et présenté par le Dr Daszak en 2015 et une proposition de financement de la subvention EcoHealth Alliance. Huff a également publié un rapport de l'Agence du projet de recherche avancée sur l'intelligence (IARPA) qu'il a rédigé.

Je ne mâcherai pas mes mots. La CIA fonctionne, essentiellement, comme un syndicat criminel organisé.Douglas Valentine a longuement décrit leurs crimesSi quelqu'un prétend travailler avec la CIA, cela devrait éveiller immédiatement les soupçons de mauvaise intention. L'USAID est unecaisse noire connue de la CIA .

Il existe deux versions de cette plainte de lanceur d'alerte. L'un, sous forme de brouillon, a été publié sur le Twitter d'Andrew Huff et apparemment soumis au bureau du sénateur Gary Peter :

Image4

Image5

Une autre version plus raffinée de la lettre a été envoyée au sénateur Roger F. Wicker :

Lettre de dénonciation au sénateur Wicker

Mon nom est le Dr Andrew Huff. J'étais vice-président des données et de la technologie chez EcoHealth Alliance. J'étais le cadre responsable de l'analyse des données et du développement technologique lié aux maladies infectieuses émergentes dans un large portefeuille de contrats financés par le gouvernement. Ce travail a été financé par une grande variété d'agences : DoD, DTRA, IARPA, USAID (CIA), NIH, USDA et de nombreux autres sponsors gouvernementaux et non gouvernementaux (Welcome Trust, Smithsonian, Google). J'étais également le coordinateur national du programme PREDICT (Jordanie, Soudan) où nous recherchions de nouveaux virus corona dans le monde, j'étais un membre senior de l'équipe de modélisation et d'analyse et j'ai été conseiller auprès des Nations Unies.

Il y a une partie très visible dans cette liste, appelée ici le Welcome Trust (sic). C'est en fait orthographié Wellcome Trust, avec deux "l". La raison pour laquelle leur financement pour EcoHealth Alliance est suspect est que le Wellcome Trust est étroitement lié à l'Institut Tavistock , qui fait l'objet de nombreuses théories plutôt sombres sur la recherche sur la guerre psychologique et les expériences de manipulation sociale qui y seraient menées.

Ils ont également reçu un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates :

Recherche sur le gain de fonction : l'escroquerie de collecte de renseignements de l'EcoHealth Alliance

Huff dit qu'EcoHealth s'associe à et reçoit des fonds de diverses sources telles que d'autres agences gouvernementales et des entités privées ou des fondations comme Google, Wellcome Trust et la Gates Foundation . Une variété de sources de financement permet aux scientifiques qui savent comment utiliser le système de subventions de tirer parti du financement dont ils ont besoin. Cela permet également aux scientifiques de s'assurer que les subventions sont là quand ils en ont besoin.

Grâce à leur travail inlassable et à leur collaboration avec les lanceurs d'alerte, un groupe appelé DRASTIC Research est entré en possession d'un certain nombre de documents très accablants. En 2018, EcoHealth Alliance a proposé le projet DEFUSE, en réponse au programme PREEMPT de la DARPA.

DRASTIC Research – Les documents du PROJET DEFUSE

Ce programme aurait impliqué d'exposer des chauves-souris dans la nature à des pointes de SRAS recombinantes adaptées à l'homme dans l'espoir d'amener ces chauves-souris à produire une réponse immunitaire à tout ce qui ressemblait à des protéines de pointe de SRAS adaptées à l'homme.

Document principal du projet DEFUSE d'EcoHealth Alliance

La DARPA a naturellement rejeté la proposition pour de nombreuses raisons. D'une part, EcoHealth Alliance n'avait pas précisé quels modèles, le cas échéant, ils utiliseraient pour mesurer leur succès.

Lettre de rejet DARPA

Cependant, plusieurs faiblesses de la proposition ont également été relevées. Il s'agit notamment d'un manque de détails concernant les données, les analyses statistiques et le développement de modèles et la manière dont les travaux antérieurs seront exploités et étendus.

Fondamentalement, EcoHealth Alliance a déclaré qu'ils poursuivraient les chauves-souris avec des pistolets à eau chargés de Spike chimérique, ou autre, mais pas ce qu'ils feraient réellement par la suite. Un oubli majeur.

Cependant, cela s'aggrave.

L'équipe discute des stratégies d'atténuation des risques pour faire face aux risques potentiels de la recherche pour la santé publique et la sécurité des animaux, mais ne mentionne ni n'évalue les risques potentiels de la recherche sur le gain de fonction (GoF) et du DURC. Étant donné que l'approche de l'équipe implique potentiellement la recherche GoF / DURC (ils visent à synthétiser des glycoprotéines Spike qui peuvent se lier aux récepteurs cellulaires humains et les insérer dans les squelettes du SRASr-CoV pour évaluer la capacité à provoquer une maladie de type SRAS), si elle est sélectionnée pour financer un programme approprié Le plan d'atténuation des risques du DURC doit être intégré dans le langage contractuel qui comprend un plan de communication responsable.

Oui, c'est exactement ce à quoi ça ressemble.

Dès que l'épidémie a commencé à Wuhan, Peter Daszak est immédiatement passé en mode de contrôle des dégâts, travaillant très négligemment pour couvrir ses traces très évidentes.

Les gens de The Intercept n'ont pas tardé à demander via FOIA tous les documents des parties impliquées, nous donnant un petit aperçu de ce qui s'est passé.

The Intercept v National Institutes of Health Documents FOIA

Compréhension-Risque-Chauve-souris-Coronavirus-Emergence-Grant-Avis

Li-Meng Yan a posté ceci sur ResearchGate :

ResearchGate - L'origine du laboratoire de Wuhan du SRAS-CoV-2 et la validité des rapports Yan sont en outre prouvées par l'échec de deux déclarations d'ouverture non invitées "d'examens par les pairs"

Apparemment, dès qu'il est devenu clair que les gens pointaient du doigt l'Institut de virologie de Wuhan, l'une des premières choses que Peter Daszak a faites a été de contacter Ralph Baric par e-mail le 6 février 2020, pour lui demander de ne pas signer la prochaine lettre qui Daszak prévoyait d'écrire dans le Lancet, réprimandant la théorie des fuites de laboratoire comme une "théorie du complot". Cela était dû au conflit d'intérêts très évident que cela impliquait. Fondamentalement, Peter Daszak ne voulait pas que les gens tirent une ligne entre lui, Ralph Baric, Shi Zhengli.

Il déclare de manière euphémique et absurde dans cet e-mail que Ralph Baric "ne devrait pas signer cette déclaration" afin qu'elle "ait une certaine distance par rapport à nous et ne fonctionne donc pas de manière contre-productive", ajoutant en outre que "nous la publierons ensuite" d'une manière qui ne le relie pas à notre collaboration afin de maximiser une voix indépendante ».

Image6

Le 19 février 2020, Peter Daszak et un certain nombre de scientifiques ont publié la lettre, la présentant comme une déclaration de solidarité avec la Chine :

Déclaration de soutien aux scientifiques, aux professionnels de la santé publique et aux professionnels de la santé chinois qui luttent contre le COVID-19

Le partage rapide, ouvert et transparent des données sur cette épidémie est désormais menacé par des rumeurs et des informations erronées sur ses origines. Nous nous unissons pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le COVID-19 n'a pas d'origine naturelle. Des scientifiques de plusieurs pays ont publié et analysé les génomes de l'agent causal, le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), et ils concluent à une écrasante majorité que ce coronavirus est originaire d'animaux sauvages, comme tant d'autres agents pathogènes émergents.

Ceci est en outre soutenu par une lettre des présidents des Académies nationales américaines des sciences, de l'ingénierie et de la médecine et par les communautés scientifiques qu'ils représentent. Les théories du complot ne font que créer de la peur, des rumeurs et des préjugés qui mettent en péril notre collaboration mondiale dans la lutte contre ce virus. Nous soutenons l'appel du Directeur général de l'OMS à promouvoir les preuves scientifiques et l'unité plutôt que la désinformation et les conjectures. Nous voulons que vous, les professionnels de la science et de la santé de Chine, sachiez que nous sommes à vos côtés dans votre lutte contre ce virus.

Les auteurs répertoriés comprenaient les suivants :

Apparemment, Peter Daszak a contacté Ralph Baric pour lui dire de ne pas signer la lettre était un geste futile, car il s'est avéré que la plupart de ces scientifiques avaient des liens directs avec l'Institut de virologie de Wuhan, malgré des mensonges et des fausses déclarations qu'ils n'avaient pas de conflits d'intérêts.

Révélé : comment les scientifiques qui ont rejeté la théorie du laboratoire de Wuhan sont liés aux chercheurs chinois

Bien qu'il n'ait déclaré aucun conflit d'intérêts à l'époque, il est apparu depuis que la lettre avait été orchestrée par le zoologiste britannique Peter Daszak, président de l'EcoHealth Alliance, basée aux États-Unis, qui a financé des recherches à l'Institut de virologie de Wuhan, où la fuite était suspectée.

Cependant, The Telegraph peut révéler que 26 des 27 scientifiques répertoriés dans la lettre avaient des liens avec le laboratoire chinois, par l'intermédiaire de chercheurs et de bailleurs de fonds étroitement liés à Wuhan.

Alors que M. Daszak a finalement déclaré son implication dans l'EcoHealth Alliance, il a omis de mentionner que cinq autres signataires travaillaient également pour l'organisation.

Plus tard, le 28 avril 2020, Peter Daszak a envoyé un e-mail à Hongying Li à sa propre organisation et à Tammie O'Rourke à Metabiota, les avertissant qu'ils devaient garder certaines séquences de coronavirus hors de Genbank, car ils « seraient (sic) très mal accueillis » par UC Davis, PREDICT et USAID ».

Le chasseur de virus Peter Daszak voulait garder les données de séquençage COVID cachées au public

Image7

Metabiota, à son tour, est soutenu par Rosemont Seneca Technology Partners, une société d'investissement fondée par Hunter Biden.

Comment Hunter Biden, Klaus Schwab et la CIA sont-ils connectés aux biolabs américains en Ukraine ? – Pt. 2

Metabiota a été lancé avec l'aide du fils du président américain Joe Biden, Hunter Biden, et de sa société d'investissement Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP), qu'il a fondée aux côtés du beau-fils de John Kerry en 2009.

Outre Hunter Biden, Google et le Pentagone, Metabiota est  en relation de travail avec le front connu de la CIA, In-Q-Tel.

Peter Daszak était également un vérificateur des faits sur Facebook et faisait partie de l'équipe d'enquête de l'OMS sur le terrain à Wuhan, où il a enquêté sur lui-même et s'est déclaré non coupable.

Le bailleur de fonds du laboratoire de Wuhan, Daszak, a servi de vérificateur des faits sur Facebook et dans l'équipe d'enquête de l'OMS

Pour compliquer encore le problème, Daszak s'est défendu contre le virus avant même que nous en ayons déterminé la gravité. Dans le rapport de l'OMS, "Rapport de la mission conjointe OMS-Chine sur la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19)", l'OMS a déterminé que le virus provenait probablement d'un événement de propagation zoonotique (ou mutation naturelle), acquittant ainsi le WIV de toute responsabilité dans la libération du virus. Rappelez-vous, la même détermination concernant l'épidémie de SRAS-CoV a pris des années à accomplir, tandis que le rapport chinois a été achevé le 24 février 2020. Encore une fois, le rapport a révélé que l'infection initiale était une "source zoonotique" mais n'a pas pu déterminer précisément. Le premier cas américain de COVID-19 dont il a été déterminé qu'il ne provenait pas de Chine n'a été identifié que le 26 février. Et qui pensez-vous était l'un des auteurs du rapport de l'OMS et le seul Américain à participer au processus ? Dr Peter Daszak.

Pourtant, les conflits d'intérêts ne s'arrêtent pas là. Daszak, qui a de nouveau financé et enquêté sur le laboratoire, a ensuite été utilisé par le vérificateur des faits de Facebook, Science Feedback , en tant qu'expert et a été cité dans des articles de vérification des faits concernant la source du SRAS-CoV-2. Ces articles ont été utilisés par Facebook pour présenter ce qui s'est maintenant avéré être de la désinformation et pour contredire ceux qui affirmaient qu'une fuite de laboratoire était une possible origine pandémique, à la demande de Daszak, qui s'investit de manière critique pour se distancier du potentiel d'un sortie de laboratoire.

Un expert de l'enquête sur les origines de l'OMS met en garde contre le fait de s'appuyer "trop ​​sur les renseignements américains" sur Covid-19

Le Dr Peter Daszak, zoologiste et membre de l'enquête de l'OMS , a critiqué la démarche sur Twitter. 

Il a déclaré que si le président Joe Biden "doit être dur avec la Chine", il ne devrait pas trop compter sur les services de renseignement américains qui étaient "de plus en plus désengagés sous Trump (et) franchement faux sur de nombreux aspects".

"Je suis déçu qu'une déclaration soit sortie qui pourrait saper la véracité de ce travail avant même la publication du rapport", a déclaré le Dr Daszak, qui a précédemment travaillé en étroite collaboration avec des experts de l'Institut de virologie de Wuhan (WIV). 

Exclusif : la mission de l'OMS est un "très grand pas en avant" pour comprendre les origines de Covid-19, selon les membres de l'équipe

S'exprimant après une visite dans un hôpital où certains des premiers patients atteints de coronavirus ont été traités il y a plus d'un an, le Dr Daszak a déclaré que l'équipe semble prête à avoir "l'accès à tous les endroits que nous voulons visiter" et que des conversations avec des scientifiques et des médecins chinois n'ont pas été censurées ou "vérifiées".  

Il a ajouté : « Nous restons complètement ouverts d'esprit sur toutes les hypothèses possibles . Mais je pense que si nous continuons comme nous l'avons fait aujourd'hui, nous pourrons, à la fin de cette mission, dire quelque chose de plus sérieux sur les hypothèses qui ont le plus de poids.  

Vous savez, où les preuves semblent-elles pointer ? Le marché des fruits de mer de Huanan était-il vraiment à l'origine du Covid ? Quel a été le premier cas sur ce marché ? Ou y a-t-il des preuves qu'il circulait plus longtemps ? Y a-t-il des preuves que des animaux étaient impliqués ?  

Image8

Selon des journalistes, les enquêteurs de l'OMS sur le terrain à Wuhan n'ont visité le WIV que quelques heures, n'ont effectué aucun travail d'enquête et ont essentiellement recueilli quelques déclarations du personnel sur place avant de partir.

Le rapport de l'OMS sur le "compromis" ne résout pas grand-chose sur les origines de la pandémie, mais détaille les prochaines étapes de l'enquête

La conclusion la plus définitive du rapport est aussi la plus controversée : qu'il est "extrêmement improbable" que le SARS-CoV-2 se soit échappé d'un laboratoire chinois qui étudiait déjà les coronavirus, le Wuhan Institute of Virology (WIV). Il y a peu de preuves pour étayer l'hypothèse de l'évasion du laboratoire, mais certains chercheurs ont critiqué les membres de l'équipe de l'OMS pour tout sauf exclure la possibilité alors qu'ils n'étaient pas autorisés à enquêter de manière indépendante. Les experts de l'OMS n'ont passé que quelques heures au WIV et la discussion du rapport sur le scénario de fuite de laboratoire est vague.

C'est compréhensible, disent certains chercheurs. "Compte tenu de toutes les contraintes et complexités ici, ils ont probablement fait ce qu'ils pouvaient", déclare Yanzhong Huang, spécialiste de la santé mondiale au Council on Foreign Relations à New York.

Il y a eu un certain nombre de documentaires sur tout cela, jusqu'à présent :

Glenn Beck se souvient mal de nombreux détails (à sa décharge, il est difficile de garder tout cela au clair sans constamment consulter ses notes), mais l'essentiel de son documentaire est, à ma connaissance, correct.

Peter Daszak maintient son innocence même maintenant, utilisant son compte Twitter pour signaler effrontément des articles le disculpant.

Image9

Donc, ma question est, quand commencent les arrestations ? 

 Shi Zhengli

Shi Zhengli est un expert du SRAS des chauves-souris à l'Institut de virologie de Wuhan. Elle a déjà collaboré avec Ralph Baric et son laboratoire a reçu un financement d'EcoHealth Alliance pendant plus d'une décennie.

Un chercheur sur le coronavirus suspendu pour le lien avec le laboratoire de Wuhan dénonce les nouvelles restrictions de financement

Les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis ont rétabli la subvention de plusieurs millions de dollars d'un organisme de recherche pour étudier comment les coronavirus se déplacent des chauves-souris aux humains – qu'ils ont annulée lors d'une décision controversée plus tôt cette année. Mais comme Peter Daszak, le chef de la petite organisation à but non lucratif – EcoHealth Alliance à New York – l'a découvert début juillet, le financement ne peut être utilisé que si l'organisation remplit ce qu'il dit être des conditions absurdes. Les demandes, détaillées dans une lettre du NIH, sont politiquement motivées, dit-il.

Pour mener à bien ses recherches, EcoHealth Alliance s'associe à l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) en Chine, qui a été au centre de rumeurs infondées selon lesquelles la pandémie de COVID-19 aurait été causée par un coronavirus libéré de son laboratoire. Le NIH a annulé la subvention d'EcoHealth Alliance en avril, quelques jours après que le président américain Donald Trump a déclaré à un journaliste que les États-Unis cesseraient de financer les travaux au WIV.

EcoHealth Alliance et Daszak travaillent avec Shi Zhengli, virologue au WIV, depuis plus de 15 ans. Depuis 2014, une subvention du NIH a financé la recherche d'EcoHealth en Chine, qui consiste à collecter des excréments et d'autres échantillons de chauves-souris, ainsi que des échantillons de sang de personnes à risque d'infection par des virus d'origine chauve-souris. Des études scientifiques suggèrent que le coronavirus SARS-CoV-2 est très probablement originaire de chauves -souris, et la recherche sur le sujet pourrait être cruciale pour identifier d'autres virus susceptibles de provoquer de futures pandémies. Le WIV est un sous-bénéficiaire de la subvention.

Shi Zhengli et le WIV ont étudié le SRAS des chauves-souris pendant une longue période de temps ; depuis la fin de la première épidémie de SRAS, en fait.

Lorsque la nouvelle de la théorie de la fuite du laboratoire est parvenue aux oreilles de Shi Zhengli, elle était furieuse.

Un biologiste moléculaire dit que le coronavirus aurait pu fuir du Biolab de Wuhan

Le professeur Ebright a déclaré qu'"un déni n'est pas une réfutation", faisant référence au principal virologue chinois Shi Zhengli, qui travaille au laboratoire de Wuhan, et a nié à plusieurs reprises qu'il était à l'origine de la pandémie.

Zhengli, connue sous le nom de "femme chauve-souris", parce qu'elle  travaille avec des virus transmis par les chauves-souris , a déclaré que la propagation du coronavirus est dans le fait que "la nature punit la race humaine pour avoir conservé des habitudes de vie non civilisées".

"Le nouveau coronavirus 2019 est la nature qui punit la race humaine pour avoir conservé des habitudes de vie non civilisées. Moi, Shi Zhengli, je jure sur ma vie que cela n'a rien à voir avec notre laboratoire", a-t- elle écrit début février, ajoutant "Je conseille à ceux qui croient et propagent des rumeurs provenant de sources médiatiques nuisibles... de fermer leur gueule puante".

Les articles de Shi Zhengli peuvent être consultés ici :

Publons – Zhengli Shi

Ils montrent qu'en effet, elle est une experte du SRAS, impliquée dans la manipulation en laboratoire de ces coronavirus mortels.

Comment la "femme chauve-souris" chinoise a suivi la piste des virus du SRAS au nouveau coronavirus

Alors que l'équipe de Shi à l'institut de Wuhan, une filiale de l'Académie chinoise des sciences, s'est précipitée pour découvrir l'identité de la contagion - au cours de la semaine suivante, ils ont lié la maladie au nouveau coronavirus connu sous le nom de la maladie SRAS-CoV-2 répandue comme un incendie. Au 20 avril, plus de 84 000 personnes en Chine avaient été infectées. Environ 80 % d'entre eux vivaient dans la province du Hubei, dont Wuhan est la capitale, et plus de 4 600 étaient décédés. En dehors de la Chine, environ 2,4 millions de personnes dans environ 210 pays et territoires avaient attrapé le virus, et plus de 169 000 avaient péri de la maladie qu'il avait causée, le COVID-19.

Les scientifiques avertissent depuis longtemps que le taux d'émergence de nouvelles maladies infectieuses s'accélère, en particulier dans les pays en développement où de fortes densités de personnes et d'animaux se mélangent et se déplacent de plus en plus. "Il est extrêmement important d'identifier la source d'infection et la chaîne de transmission inter-espèces", déclare l'écologiste des maladies Peter Daszak, président d'EcoHealth Alliance, une organisation de recherche à but non lucratif basée à New York qui collabore avec des chercheurs, tels que Shi, dans 30 pays d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient pour découvrir de nouveaux virus dans la faune. Une tâche tout aussi importante, ajoute-t-il, consiste à traquer d'autres agents pathogènes pour "empêcher que des incidents similaires ne se reproduisent".

Des virus comme le SRAS-CoV-2 proviennent de chauves-souris trouvées dans la province du Yunnan, comme Rhinolophus affinis, la chauve-souris fer à cheval intermédiaire.

Image10

Ces chauves-souris vivent dans des grottes près de Kunming, à 1300 kilomètres de Wuhan.

Le laboratoire P4 de l'Institut de virologie de Wuhan, quant à lui, est situé à 30°22'34.64″N, 114°15'44.76″E, à seulement 20 kilomètres au sud du centre-ville de Wuhan.

L'explication donnée par le WIV quant aux origines du SRAS-CoV-2 est qu'il s'agit d'un parent d'un virus connu sous le nom de RaTG13. Le problème est que RaTG13 n'existe pas. C'est un faux que le WIV a inventé de toutes pièces pour brouiller les pistes.

RaTG13 - la preuve indéniable que le coronavirus de Wuhan est d'origine humaine

La séquence d'un tel virus peut-elle être fabriquée ?  Cela ne peut pas être plus facile. Il faut moins d'une journée à une personne pour TAPER une telle séquence (moins de 30 000 lettres) dans un fichier Word. Et ce serait mille fois plus facile si vous aviez déjà un modèle identique à environ 96% à celui que vous essayez de créer. Une fois la saisie terminée, on peut télécharger la séquence sur la base de données publique. Contrairement à la conception générale, une telle base de données n'a pas vraiment de moyen de valider l'authenticité ou l'exactitude de la séquence téléchargée. Cela dépend entièrement des scientifiques eux-mêmes – de leur honnêteté et de leur conscience. Une fois téléchargées et publiées, ces données de séquence deviennent publiques et peuvent être utilisées légitimement dans des analyses et des publications scientifiques.

Maintenant, cette séquence RaTG13 est-elle considérée comme une preuve crédible pour juger de la question ? Eh bien, rappelez-vous, une partie centrale de la question est de savoir si oui ou non ce coronavirus de Wuhan a été conçu ou créé par ZHENGLI SHI. C'est Shi, pas n'importe qui d'autre, qui est le plus grand suspect de ce crime possible qui est plus grand que tout autre dans l'histoire humaine. Etant donné les circonstances, n'aurait-elle pas un motif assez fort pour tromper ? Si la preuve qu'elle a soulevée pour prouver son innocence n'était rien d'autre qu'un tas de lettres récemment tapées dans un fichier Word, devrait-on la traiter comme une preuve valable ?

La validité des preuves essentielles de l'origine naturelle du SRAS-CoV-2 est douteuse et devait être reconsidérée.

L'hypothèse académique principale de l'origine était celle d'un événement de recombinaison naturelle entre le coronavirus de la chauve-souris RaTG13 et le coronavirus du pangolin MP789, suivi d'une adaptation chez l'homme après transfert zoonotique.

Cependant, cette théorie repose essentiellement sur la validité de RaTG13 et de MP789, qui nécessitent que les deux souches puissent être séquencées, testées et validées indépendamment pour l'infectivité de son hôte d'origine. Ici, nous fournissons des preuves que la validité des deux souches est très douteuse et incapable de remplir les conditions requises pour que les deux soient considérées comme des preuves valables de l'hypothèse d'une origine naturelle du SRAS-CoV-2.

L'assemblage de novo du génome de RaTG13 révèle des incohérences obscurcissant davantage les origines du SRAS-CoV-2

Un intense débat scientifique est en cours sur l'origine du SARS-CoV-2. Une information souvent citée dans ce débat est la séquence du génome d'une souche de coronavirus de chauve-souris appelée RaTG13 1 mentionnée dans un récent article de Nature 2 montrant une homologie du génome de 96,2 % avec le SARS-CoV-2. Ceci est discuté comme un enregistrement fossile d'une souche dont l'existence actuelle est inconnue. Ladite souche est supposée par beaucoup comme faisant partie du pool ancestral à partir duquel le SRAS-CoV-2 peut avoir évolué 7, 8, 9. Plusieurs groupes ont discuté des caractéristiques de la séquence du génome de ladite souche. Dans cet article, nous signalons que le niveau de détails actuellement spécifié est largement insuffisant pour tirer des conclusions sur l'origine du SRAS-CoV-2. Assemblage de novo, l'analyse KRONA pour la métagénomique et le réexamen de la qualité des données met en évidence les principaux problèmes liés au génome RaTG13 et la nécessité d'un examen impartial de ces données. Ce travail est un appel à l'action pour la communauté scientifique afin de mieux rassembler les preuves scientifiques sur les origines du SRAS-CoV-2 afin que l'incidence future de ces pandémies puisse être efficacement atténuée.

En couvrant ses traces, Shi Zhengli a commis une fraude scientifique choquante et atroce.

 Anthony Fauci

Anthony Fauci est à la tête de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), l'un des 27 instituts nationaux de la santé. 

C'est aussi un menteur pathologique et un psychopathe grandiose qui tue des innocents avec ses mensonges depuis des années et des années.

Une lettre ouverte venimeuse à Anthony Fauci datée de 1988 l'illustre parfaitement.

Une lettre ouverte au Dr Anthony Fauci

Anthony Fauci, vous êtes un meurtrier et ne devriez pas être l'invité d'honneur d'un
événement qui reflète la dernière décennie de la crise du sida. Votre refus d'
entendre les cris des militants du sida au début de la crise a entraîné la mort
de milliers de Queers. Votre inaction actuelle est à l'origine de l'augmentation actuelle de l'infection à VIH en dehors de la communauté Queer. Nous sommes scandalisés que ProjectInform, une organisation qui travaille soi-disant au nom de la communauté infectée, nous insulte en vous amenant dans notre ville. Vous ne pouvez pas cacher le fait que vous n'êtes rien d'autre qu'un vestige méprisable de l'ère Reagan et le
porte-parole d'une compagnie pharmaceutique.

Avec 270 000 morts du sida et des millions d'autres infectés par le VIH, vous ne devriez
pas être honoré lors d'un dîner. Vous devriez être mis devant un peloton d'exécution.

Anthony Fauci, vous êtes un meurtrier parce que vous supervisez
des essais cliniques parrainés par le gouvernement qui testent et retestent des combinaisons de thérapies immunosuppressives et toxiques qui tuent les personnes vivant avec le VIH. La majorité des essais cliniques américains
impliquent des antiviraux sans valeur comme l'AZT combiné avec un autre médicament (généralement un autre antiviral toxique). Ce que ces tests ont prouvé, c'est que vous êtes capable de gaspiller des milliards de dollars en testant des composés dangereux qui NE FONT RIEN pour améliorer la qualité de vie, pour arrêter les infections opportunistes ou pour prolonger la survie des personnes vivant avec le VIH.

L'AZT, le 3TC,le ddI, le ddC, le d4Tet la récolte actuelle d'inhibiteurs de protéase ne sont que des poisons. Dix ans de la peste nous ont montré qu'essayer de tuer le virus tue les personnes atteintes du sida, et vous, Dr Fauci, vous le savez.

Fauci était en effet responsable de la promotion de l'AZT sur les malades du SIDA. Mais l'AZT était toxique et inefficace.

La montée et la chute de l'AZT : C'était le médicament qui devait marcher. Il a apporté de l'espoir aux personnes vivant avec le VIH et le sida, et des millions à l'entreprise qui l'a développé. Il fallait que ça marche. Il n'y avait rien d'autre. Mais pour beaucoup de ceux qui utilisaient l'AZT - ce n'était pas le cas

Jerome Horwitz créateur de l'AZT, n'est jamais devenu célèbre. Récemment, il a déclaré que l'AZT était une terrible déception. . . nous l'avons jeté sur le tas de ferraille. Je n'ai pas gardé les cahiers. Le composé est resté "sur l'étagère", parfois essayé par d'autres chercheurs mais toujours jugé inutile. Il n'y avait aucune raison de le breveter. Mais 20 ans plus tard, Burroughs Wellcome lui a redonné vie.

Le groupe THE WELLCOME a été fondé à Londres par deux Américains en 1880. Sa première réalisation importante a été la création du comprimé – auparavant, la plupart des médicaments étaient administrés sous forme de poudre. Dans les années 1930, le groupe était scindé en deux parties distinctes : le Wellcome Trust, une grande organisation caritative qui consacrait ses revenus à la recherche scientifique et à l'entretien d'un institut et d'une bibliothèque consacrés à l'histoire de la médecine ; et la Wellcome Foundation Ltd, une société pharmaceutique à but lucratif qui s'appelait Burroughs Wellcome aux États-Unis. Au cours de ses recherches, les employés de Wellcome ont remporté cinq prix Nobel.

Encore une fois, le nom de Wellcome Trust revient.

Fauci a également poussé la fausse idée que le VIH était transmissible par simple contact.

Fauci était également fourbe sur l'épidémie de sida

Des comptes rendus de presse, remarquant l'article de Fauci, ont immédiatement sonné l'alarme. " Les contacts familiaux peuvent transmettre le SIDA ", a lu un rapport diffusé à l'échelle nationale sur le fil de l'UPI daté du 5 mai 1983. L'Associated Press a interrogé le lendemain "Le SIDA se propage-t-il par contact de routine ?" et a cité Fauci comme autorité principale. Le New York Times a soulevé le spectre de la transmission familiale entre les membres de la famille, invoquant le commentaire de Fauci comme sa principale autorité.

Nous savons maintenant bien sûr que la théorie de Fauci était fausse. Le VIH, le virus dont on a découvert plus tard qu'il causait le SIDA, ne se transmet que par exposition à des fluides corporels infectés comme le sang, ou par contact sexuel. L'infection infantile discutée dans le même numéro du JAMA impliquait une transmission verticale de la mère à l'enfant pendant la grossesse. 

[Note de Daniel Buob : cette dernière théorie aussi a de très énormes "faiblesses". D'une part, l'existence même des "virus" en tant qu'agent pathogène n'a jamais été clairement prouvée, puisqu'il n'y a aucune publication dans la littérature scientifique mondiale qui le démontre indiscutablement, et de plus, que ce soit pour le SIDA - et sa supposée cause le prétendu VIH - ou n'importe quel autre "virus", la contamination n'est JAMAIS systématique. Ce que les "charlatans-virologues" ignorent systématiquement, car ce seul point invalide complètement leurs théories de porteurs sains, et autres asymptomatiques ou non.]

Le mal était pourtant déjà fait, car les médias se sont mis au travail pour alerter sur la transmission du sida par de simples contacts de routine. Des centaines de journaux ont diffusé la théorie affligeante de l'article de Fauci. Écrivant quelques semaines plus tard, le chroniqueur conservateur Pat Buchanan a enrôlé Fauci comme pièce maîtresse d'une réfutation contre la secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Margaret Heckler, qui lui a dit "il n'y a aucune preuve… que la population générale est menacée [par le SIDA]". 

Anthony Fauci a été durement critiqué par Kary Mullis, l'inventeur de la technique PCR.

Qu'est-ce que la PCR ? 

Réaction en chaîne par polymérase (PCR)

La PCR (réaction en chaîne par polymérase) est une méthode révolutionnaire développée par Kary Mullis dans les années 1980. La PCR est basée sur l'utilisation de la capacité de l'ADN polymérase à synthétiser un nouveau brin d'ADN complémentaire du brin matrice proposé. Étant donné que l'ADN polymérase ne peut ajouter un nucléotide que sur un groupe 3′-OH préexistant, elle a besoin d'une amorce à laquelle elle peut ajouter le premier nucléotide. Cette exigence permet de délimiter une région spécifique de la séquence matrice que le chercheur souhaite amplifier. A la fin de la réaction PCR, la séquence spécifique sera accumulée en milliards de copies (amplicons).

La technique PCR est un moyen de copier et d'amplifier du matériel génétique peu abondant, très utile aux généticiens. Chaque cycle d'une machine PCR double les copies (2^n, essentiellement). Si vous aviez une copie d'une séquence donnée dans un échantillon, après 40 cycles d'une machine PCR, vous en avez maintenant bien plus d'un billion.

Un test PCR ne peut pas vous dire si quelqu'un a un virus vivant en lui. Il ne montre que la présence d'une séquence génétique donnée. Il pourrait s'agir d'un fragment de matériel génétique, ne faisant partie d'aucun virus vivant, et il pourrait toujours déclencher un test PCR. Un test PCR positif n'est pas une preuve d'"infection". Sans la présence de symptômes, il ne peut pas diagnostiquer une maladie.

De plus, les tests PCR pour COVID-19 utilisent des seuils de cycle qui sont fondamentalement frauduleux.

Un tribunal portugais juge les tests PCR non fiables et illégaux pour les personnes en quarantaine

"… si quelqu'un est testé positif par PCR lorsqu'un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c'est la règle dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que ladite personne soit infectée est inférieure à 3%, et la probabilité que ledit résultat est un faux positif est de 97 %. »

Le tribunal note en outre que le seuil de cycle utilisé pour les tests PCR actuellement en cours au Portugal est inconnu.

Les cycles seuils utilisés dans les tests PCR en Inde se situent entre 37 et 40, ce qui rend la fiabilité du test PCR inférieure à 3% et le taux de faux positifs aussi élevé que 97%.

Après le début de la campagne de vaccination COVID-19, le CDC a discrètement abaissé ses seuils de cycle pour les tests PCR COVID-19 pour les personnes vaccinées à un Coefficient CT de 28. Autrement dit, ils ont abaissé la sensibilité du test d'une plage qui générerait des faux positifs jusqu'à une plage où cela générerait des faux négatifs.

Accueil Actualités CDC : maximum 28 CT pour les tests COVID PCR post-vaccin Actualités CDC : maximum 28 CT pour les tests COVID PCR post-vaccin

Comme l'a rapporté Daniel Horowitz de Blaze Media , les nouvelles directives du CDC pour "l'enquête sur les cas d'injection du vaccin COVID-19" - c'est-à-dire les personnes qui ont été testées positives après avoir été vaccinées - indiquent que les tests PCR doivent être fixés à 28 CT ou moins. La raison invoquée pour le maximum de 28 CT est d'éviter les faux positifs sur les personnes qui ont été vaccinées, ce qui découragerait l'acceptation des vaccins.

Ceci est un autre exemple de « suivre la science » uniquement lorsque cela convient à un objectif politique ; à savoir, le CDC ne recommande pas le seuil inférieur pour toute autre personne testée. Les faux positifs doivent être évités pour encourager les vaccinations, mais les faux positifs pour empêcher les enfants d'aller à l'école ou maintenir d'autres restrictions gouvernementales semblent OK  pour le CDC.

L'été dernier, le New York Times a rapporté que les CT supérieurs à 34 ne détectent presque jamais de virus vivants, mais le plus souvent des nucléotides morts qui ne sont pas contagieux. The Sentinel a découvert que de nombreux laboratoires privés du Kansas utilisaient des seuils de 38 et 40 , et un autre à Lenexa potentiellement à 45. Le laboratoire d'État du département de la santé du Kansas a initialement utilisé un 42 CT sur son test le plus couramment effectué ; le 7 janvier , ils l'ont réduit à 35.

Si le CDC peut modifier arbitrairement la sensibilité des tests COVID-19, que peuvent encore faire d'autre les autorités pour induire le public en erreur ?

Demandez à Anthony Fauci. Un an auparavant, dès le début de la pandémie, il déclarait que les masques étaient inutiles pour COVID-19, prétendument pour empêcher une ruée sur les masques nécessaires aux travailleurs de la santé.

Les nobles mensonges du COVID-19

En mars 2020, au début de la pandémie, Anthony Fauci, le conseiller médical en chef du président des États-Unis, a expliqué dans une interview de 60 minutes qu'il estimait que l'utilisation communautaire de masques n'était pas nécessaire. Quelques mois plus tard, il a fait valoir que ses déclarations ne visaient pas à impliquer qu'il estimait que les données justifiant l'utilisation de masques en tissu étaient insuffisantes. Au contraire, a-t-il dit, s'il avait approuvé le port de masques (de quelque nature que ce soit), une panique de masse s'ensuivrait et entraînerait une pénurie de masques chirurgicaux et N95 parmi les travailleurs de la santé, qui avaient davantage besoin de masques. Pourtant, des courriels d'une demande de Freedom of Information Act ont révélé que Fauci avait donné en privé le même conseil – contre l'utilisation de masques – suggérant qu'il ne s'agissait pas simplement de sa position extérieure envers le grand public.

Bien que certains aient affirmé que les preuves avaient considérablement changé au cours des premières semaines de mars, notre évaluation de la littérature ne concorde pas. Nous pensons que les preuves au moment de l'interview de Fauci dans 60 minutes étaient largement similaires à celles d'avril 2020. Ainsi, il y a deux façons de considérer la déclaration de Fauci. Une possibilité est, comme il le dit, que sa déclaration initiale était malhonnête mais motivée pour éviter une ruée sur les masques nécessaires aux travailleurs de la santé. L'autre est qu'il pensait que ses déclarations initiales étaient exactes et qu'il a ensuite décidé de plaider en faveur de masques en tissu pour détourner l'attention des masques chirurgicaux ou N95, ou pour donner un sentiment d'espoir et de contrôle à un public craintif et anxieux.

Pendant ce temps, le gouvernement américain a refusé les offres des fabricants locaux qui voyaient la crise approcher et voulaient corriger le manque à gagner.

Le gouvernement américain a refusé l'opportunité de fabriquer des millions de masques N95 au début de la pandémie : rapport

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) a refusé l'opportunité d'accéder à des millions de masques N95 fabriqués aux États-Unis en janvier, selon le Washington Post .

Les masques N95 sont très demandés depuis que la pandémie a frappé les États-Unis et que les travailleurs de la santé se démènent pour se protéger tout en soignant des milliers de patients inondant les hôpitaux locaux.

Le 22 janvier, Prestige Ameritech, une entreprise de fournitures médicales de Fort Worth, au Texas, a proposé d'augmenter la production pour fabriquer 1,7 million de masques N95 supplémentaires, notant que les stocks du gouvernement fédéral diminuaient.

Tout au long de 2020, Fauci a été pratiquement vénéré par un public adorateur comme le repoussoir logique et scientifique des excès désinvoltes de Trump. Cependant, l'année suivante, des fissures dans le masque ont commencé à apparaître. Le sénateur Rand Paul a commencé à faire griller Fauci devant le Congrès.

Si vous recherchez le financement de Fauci et du NIH pour la recherche GOF (Gain de Fonction) à Wuhan sur YouTube, vous êtes accueilli par une "vérification des faits" en haut de la page qui renvoie à cet article :

L'affirmation répétée selon laquelle Fauci a menti au Congrès au sujet de la recherche sur le « gain de fonction »

Même maintenant, il n'est pas clair si la recherche financée par EcoHealth en Chine équivalait à un gain de fonction. Lorsque l'Intercept a obtenu des documents EcoHealth en septembre, sept des 11 scientifiques qui sont virologues ou travaillent dans des domaines adjacents ont déclaré à l'Intercept que le travail semblait répondre aux critères des NIH pour la recherche sur le gain de fonction. Évidemment, c'est un sujet de controverse au sein de la communauté scientifique.

Mais Cotton a affirmé que le NIH avait admis avoir financé la recherche sur le gain de fonction. C'est faux. Aucune admission de ce type n'apparaît dans la lettre, et les responsables des NIH continuent d'insister sur le fait que le travail d'EcoHealth utilisant les fonds des NIH ne constituait pas une recherche de gain de fonction.

Le NIH a-t-il financé la recherche sur le gain de fonction à Wuhan ? En fait, oui, ils l'ont fait. Anthony Fauci s'est parjuré devant le Congrès, et cela peut être prouvé en deux étapes rapides.

Premièrement, le NIH a-t-il financé EcoHealth Alliance ?

ÉTATS-UNIS DEPENDANT – EcoHealth Alliance

Oui, ils l'ont fait.

Deuxièmement, EcoHealth Alliance s'est-elle engagée dans la recherche GOF ?

Des documents militaires sur le gain de fonction contredisent le témoignage de Fauci sous serment

Des documents militaires indiquent qu'EcoHealth Alliance a approché la DARPA en mars 2018 à la recherche de financement pour mener des recherches sur le gain de fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris. La proposition, nommée Project Defuse, a été rejetée par la DARPA pour des raisons de sécurité et l'idée qu'elle viole le moratoire sur la recherche de gain de fonction.

Le rapport principal concernant la proposition d'EcoHealth Alliance a été divulgué sur Internet il y a quelques mois, il est resté non vérifié jusqu'à présent. Le projet Veritas a obtenu un rapport séparé pour l'inspecteur général du ministère de la Défense, rédigé par le major de l'US Marine Corp, Joseph Murphy, ancien boursier de la DARPA.

Oui ils l'étaient.

Au dire de tous, Anthony Fauci n'est même pas un vrai scientifique, mais simplement un bureaucrate de carrière qui a en quelque sorte échappé à la justice pour avoir compromis la santé et le bien-être de l'Amérique pendant des décennies.

Se parjurer devant le Congrès constitue un crime en vertu du titre 18 du code américain, section 1001.

La peine est une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans.

 Stéphane Bancel

Stéphane Bancel est le PDG de Moderna. C'est aussi un fieffé menteur.

Moderna n'a jamais fabriqué de produit commercial avant l'ARNm-1273/Spikevax. Pas un seul.

Comment Moderna répondra-t-elle à la demande de son vaccin COVID-19 ?

Pfizer fabrique des centaines de médicaments et de vaccins et exploite au moins 40 installations de fabrication enregistrées auprès de la FDA dans le monde. Bien qu'elle ait été fondée il y a dix ans, Moderna n'a jamais obtenu l'approbation de la FDA pour un produit. Et il n'y a qu'une seule usine enregistrée auprès de la FDA - et l'enregistrement n'a eu lieu que cette semaine.

Selon la rumeur, le prix de plus de 50 $ de Moderna sur le vaccin COVID-19 suscite la colère alors que la société vante de nouvelles données sur les animaux

Moderna a lancé lundi son essai de phase 3 de l'ARNm-1273 avec l'intention d'inscrire 30 000 Américains à l'étude contrôlée par placebo. Étant donné que le vaccin, s'il est approuvé, serait le premier produit de Moderna, les plans de tarification de la société resteront probablement un sujet d'intérêt à Wall Street. Les investisseurs doivent donc s'attendre à entendre plus de bavardages sur le sujet le 5 août, lorsque la société publiera son rapport sur les résultats du deuxième trimestre.

Ils ont passé la dernière décennie fortement engagés dans la R&D, en grande partie grâce au financement du DOD américain (Département de la Défense).

Comment une agence secrète du Pentagone a semé le terrain pour une guérison rapide des coronavirus

Établi des années avant la pandémie actuelle, le programme était à mi-chemin lorsque le premier cas du nouveau coronavirus est arrivé aux États-Unis au début de cette année (2020). Mais toutes les personnes impliquées dans l'effort de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) savaient que leur heure était venue plus tôt que prévu.

Les quatre équipes participant au programme ont abandonné leurs plans et ont commencé à sprinter, séparément, vers le développement d'un anticorps pour le covid-19, la maladie causée par le coronavirus.

"Nous y réfléchissons et nous nous y préparons depuis longtemps, et c'est presque un peu surréaliste", a déclaré Amy Jenkins, responsable du programme d'anticorps de la DARPA, connu sous le nom de Pandemic Prevention Platform, ou P3. « Nous avons bon espoir de pouvoir au moins avoir un impact sur cette épidémie. Nous voulons faire une différence.

Collaborateurs stratégiques pour l'ARNm : organisations gouvernementales

En octobre 2013, la DARPA a accordé à Moderna jusqu'à environ 25 millions de dollars pour la recherche et le développement de médicaments potentiels à base d'ARNm dans le cadre du programme Autonomous Diagnostics to Enable Prevention and Therapeutics, ou ADEPT, de la DARPA, qui se concentre sur l'aide au développement de technologies pour identifier rapidement et répondre aux menaces posées par les maladies et les toxines naturelles et artificielles. Ce prix faisait suite à un premier prix décerné par la DARPA en mars 2013. Les prix DARPA ont été déployés principalement pour soutenir nos programmes de vaccins et d'anticorps pour protéger contre l'infection par le Chikungunya.

Selon d'anciens employés, Moderna était une entreprise défaillante avec un PDG qui avait un style de gestion strict et disciplinaire. C'était un mystère pourquoi quelqu'un y investirait autant d'argent, et pourtant, Moderna attirait continuellement des capitaux substantiels.

Capturée sous les projecteurs, la licorne biotechnologique Moderna nomme Melissa Moore comme nouvelle CSO

"Ravi" est probablement le dernier mot que vous entendriez Bancel utiliser pour décrire l'enquête récemment publiée chez Stat, qui prétend que "l'environnement de travail caustique" de Moderna a chassé les meilleurs employés à un moment où des "signes" sont apparus indiquant que les meilleurs projets de l'entreprise sont en cours d'exécution. Dans les ennuis. Bancel lui-même, rapporte Stat, est trop autoritaire, obsédé par le secret et impatient des revers.

L'histoire est lourde de critiques et de pointages du doigt anonymes, mais légère sur les détails. L'ancien CSO de Moderna, Joseph Bolen, a quitté l'automne dernier après deux ans dans l'entreprise, que Stat a utilisé pour illustrer ses affirmations d'un environnement de travail toxique chez Moderna. Bolen a été expulsé, selon des "initiés" anonymes, après avoir été relégué à un petit rôle. Bolen lui-même, cependant, a refusé de commenter. Et Bancel dit qu'il a essayé de le faire rester, sans succès.

Melissa Moore a maintenant une chance de prouver ou de réfuter les affirmations de Stat à un moment où la société approche des rapides du développement à mi-parcours, lorsqu'elle devra commencer à décrire des données de preuve de concept spécifiques sur ce que ses médicaments peuvent faire. Si l'entreprise peut y parvenir avec plusieurs programmes, Bancel me dit qu'il envisage de déposer une introduction en bourse.

Moderna perd un autre dirigeant clé à la veille d'un test majeur

Moderna Therapeutics, la startup la plus en vue et la plus richement financée de la biotechnologie, perd un autre dirigeant clé, luttant pour retenir les talents malgré la promesse inébranlable de l'entreprise qu'elle est en passe de changer le visage de la médecine.

Moderna, richement financé, rencontre des problèmes de sécurité dans une tentative audacieuse de révolutionner la médecine

Ce devait être la première thérapie utilisant une nouvelle technologie audacieuse qui, selon Bancel, produirait des dizaines de médicaments au cours de la prochaine décennie.

Mais le traitement Crigler-Najjar a été retardé indéfiniment, a déclaré une porte-parole d'Alexion à STAT. Il ne s'est jamais avéré suffisamment sûr pour être testé chez l'homme, selon plusieurs anciens employés et collaborateurs de Moderna qui ont travaillé en étroite collaboration sur le projet. Incapable de faire avancer cette technologie, Moderna a plutôt dû se concentrer sur le développement d'une poignée de vaccins, se tournant vers un domaine moins lucratif qui pourrait ne pas justifier la valorisation de près de 5 milliards de dollars de la société.

"Ce sont tous des vaccins en ce moment, et les vaccins sont un produit d'appel", a déclaré un ancien directeur de Moderna. "Moderna est actuellement une entreprise de vaccins de plusieurs milliards de dollars, et je ne vois pas comment cela peut tenir."

Avant de travailler chez Moderna, Stéphane Bancel était le PDG de BioMérieux, une société de diagnostic médical fondée par le milliardaire français Alain Mérieux.

Alain Mérieux a été, à son tour, consultant pour la construction du laboratoire P4 de l'Institut de virologie de Wuhan.

L'étrange saga de la façon dont la France a aidé à construire le laboratoire de virus de haute sécurité de Wuhan

Le laboratoire de biosécurité de niveau maximal de l'Institut de virologie de Wuhan a été le premier du genre à être construit en Chine et a été au centre d'énormes spéculations depuis le début de la pandémie de Covid-19 qui a pris naissance dans cette ville. Le laboratoire, qui est équipé pour manipuler des agents pathogènes de classe 4 (P4), y compris des virus dangereux comme Ebola, a été construit avec l'aide d'experts français et sous la direction de l'homme d'affaires milliardaire français Alain Mérieux, malgré les fortes objections des responsables de la santé et de la défense à Paris. Cependant, depuis l'inauguration du laboratoire par le Premier ministre Bernard Cazeneuve en 2017, la France n'a joué aucun rôle de supervision dans le fonctionnement de l'installation et la coopération prévue entre les chercheurs français et le laboratoire s'est arrêtée brutalement. Reportage Karl Laske et Jacques Massey.

Alain Mérieux a reçu un prix du PCC pour sa collaboration avec la Chine, un fait vanté sur le site de sa fondation.

Alain Mérieux reçoit le prestigieux Chinese Reform Friendship Award

Le prix d'Alain Mérieux s'inscrit dans la continuité de la relation de longue date que la famille Mérieux et ses sociétés ont bâtie avec la Chine au cours des 40 dernières années. La Chine est devenue un lieu stratégique pour l'ensemble des travaux de l'Institut Mérieux dans le domaine du diagnostic, de l'immunothérapie et de la nutrition. Au travers de ses sociétés BioMérieux, Transgene et Mérieux Nutrisciences, et aux côtés de la Fondation Mérieux, l'Institut Mérieux s'est associé aux autorités et acteurs de santé chinois pour répondre aux grands enjeux de santé publique du pays.

Image11

Le Spike du SRAS-CoV-2 contient une séquence dont on sait que le complément inverse ne se trouve qu'à un autre endroit : les lignées cellulaires brevetées de Moderna.

Image12

Homologie MSH3 et lien potentiel de recombinaison avec le site de clivage de la furine SARS-CoV-2

Parmi les nombreuses différences de mutation ponctuelle entre le SARS-CoV-2 et le coronavirus chauve-souris RaTG13, seul le site de clivage de la furine à 12 nucléotides (FCS) dépasse 3 nucléotides. Une recherche BLAST a révélé qu'une partie de 19 nucléotides du génome du SRAS.Cov2 englobant le site de clivage de la furine est une correspondance complémentaire à 100 % avec une séquence propriétaire optimisée en codons qui est le complément inverse de l'homologue humain mutS (MSH3). La séquence complémentaire inverse présente dans le SRAS-CoV-2 peut se produire de manière aléatoire, mais d'autres possibilités doivent être envisagées. La recombinaison dans un hôte intermédiaire est une explication peu probable. Les virus à ARN simple brin tels que le SARS-CoV-2 utilisent des matrices d'ARN à brin négatif dans les cellules infectées, ce qui pourrait conduire, par une recombinaison par choix de copie avec un ARN SARS-CoV-2 de sens négatif, à l'intégration du brin négatif MSH3, y compris le FCS, dans le génome viral. Dans tous les cas, la présence de la séquence d'ARN longue de 19 nucléotides comprenant le FCS avec une identité à 100 % avec le complément inverse de l'ARNm de MSH3 est très inhabituelle et nécessite des investigations supplémentaires.

Et, comme mentionné précédemment, en vertu d'un accord de confidentialité, Moderna a transféré des échantillons d'un vaccin contre le coronavirus "détenu conjointement par le NIAID et Moderna" à Ralph Baric, le collègue de Shi Zhengli, un mois entier avant que la Chine ne nous envoie la séquence du SARS-CoV- 2.

N'importe lequel de ces faits serait suspect en soi. Pris ensemble, cela brosse un tableau sombre.

  • Le PDG de Moderna est un proche associé d'un homme qui a aidé la Chine à construire le laboratoire P4 au WIV, les équipant pour travailler sur des virus mortels.
  • Le SARS-CoV-2 a été créé au WIV en utilisant des lignées cellulaires brevetées par Moderna comme support.
  • Moderna avait un vaccin contre ce virus prêt avant même que la Chine ne nous envoie la séquence, et ils l'ont validé en l'envoyant à Ralph Baric, un homme directement impliqué dans la recherche GOF d'EcoHealth Alliance.

C'est pourquoi la théorie des fuites de laboratoire est si durement démentie. Si vous tirez sur ce fil, vous constaterez rapidement que les mêmes personnes derrière le vaccin Moderna sont également derrière le virus, et que Moderna a un financement et des liens importants avec le NIH et le DOD.

C'est du racket, de la fraude et des meurtres de masse, perpétrés contre le public américain [et mondial] par une entreprise privée, avec notre propre gouvernement comme complice.

 Albert Bourla

Le PDG de Pfizer. C'est un homme qui ne prendrait même pas son propre vaccin.

Qu'y a-t-il dans le vaccin, Albert ?

Eh bien, si vous avez lu mes articles précédents, vous savez que c'est essentiellement du poison.

En novembre 2021, ce bébé pathétique, manipulateur, envahi par la croissance d'une poche gulaire pulsante pour le cou , s'est plaint que les personnes qui critiquent son produit, qu'il a lui-même initialement refusé de prendre, sont des "criminels".

Le PDG de Pfizer qualifie de "criminels" les personnes qui propagent la désinformation sur les vaccins

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla , a qualifié mardi de "criminels" les personnes qui diffusent de fausses informations sur les vaccins contre le coronavirus.

"Ces gens sont des criminels", a déclaré Bourla au PDG de l'Atlantic Council, Frederick Kempe, a rapporté CNBC. "Ce ne sont pas de mauvaises personnes. Ce sont des criminels parce qu'ils ont littéralement coûté des millions de vies."

Pourquoi les médias ne disent-ils rien de mal à propos de Pfizer ? Eh bien, c'est parce qu'ils sont tous sponsorisés par Pfizer.

Allez comprendre.

Pfizer voulait en fait que certains gouvernements d'Amérique latine mettent en place leur propre infrastructure littérale comme garantie pour payer les futures poursuites s'ils refusaient d'accorder l'immunité légale à Pfizer. Cela ressemble-t-il à une entreprise avec un produit fiable ?

"Retenu contre rançon" : Pfizer joue dur dans les négociations sur le vaccin Covid-19 avec les pays d'Amérique latine

Pfizer a été accusé de "harceler" les gouvernements latino-américains lors des négociations pour acquérir son vaccin Covid-19, et la société a demandé à certains pays de mettre en place des actifs souverains, tels que des ambassades et des bases militaires, comme garantie contre le coût de tout futures affaires judiciaires, selon une enquête du Bureau of Investigative Journalism basé au Royaume-Uni.

Dans le cas d'un pays d'Amérique latine, les demandes du géant pharmaceutique ont entraîné un retard de trois mois dans la conclusion d'un accord sur les vaccins. Pour l'Argentine et le Brésil, aucun accord national n'a été conclu avec Pfizer. Tout hold-up dans les pays recevant des vaccins peut conduire à ce que davantage de personnes contractent le Covid-19 et potentiellement meurent.

Des responsables d'Argentine et de l'autre pays d'Amérique latine, qui ne peuvent être nommés car ils ont signé un accord de confidentialité avec Pfizer, ont déclaré que les négociateurs de la société exigeaient plus que l'indemnité habituelle contre les poursuites civiles déposées par des citoyens qui souffrent d'événements indésirables graves après avoir été vaccinés. Ils ont déclaré que Pfizer avait également insisté pour que les gouvernements couvrent les coûts potentiels des poursuites civiles intentées à la suite d'actes de négligence, de fraude ou de malveillance de la part de Pfizer. En Argentine et au Brésil, Pfizer a demandé que des actifs souverains soient mis en garantie pour d'éventuels frais juridiques futurs.

Qu'en est-il du reste des stipulations des contrats d'achat confidentiels de Pfizer ?

Protection absolue contre la responsabilité pour les effets indésirables de son vaccin COVID-19 : les détails du contrat de Pfizer avec l'Albanie font sourciller

Pfizer a également tenté de se laver les mains des effets indésirables du vaccin, à long terme, déclarant que l'acheteur reconnaît que les effets à long terme et l'efficacité du vaccin sont actuellement inconnus et qu'il peut y avoir des effets secondaires qui ne sont actuellement pas connus.

Concernant la clause de résiliation, l'acheteur n'a presque rien qui puisse être considéré comme une rupture de contrat alors que Pfizer peut facilement mettre fin au contrat s'il ne reçoit pas l'argent ou s'il le juge bon.

Ensuite, il y avait la clause d'indemnisation qui obligeait l'acheteur à indemniser, retenir et défendre Pfizer contre toutes poursuites, réclamations, actions, demandes, pertes, dommages, responsabilités, règlements, pénalités, amendes, coûts et dépenses.

Cela ressemble-t-il à quelque chose que vous voulez dans votre corps ?

Pfizer voulait dissimuler les rapports d'événements indésirables de Comirnaty pendant plusieurs décennies. Un juge leur a ordonné de tout libérer immédiatement. C'était le résultat :

5.3.6 Expérience post-commercialisation

Parmi les rapports d'événements indésirables reçus dans la base de données de sécurité de Pfizer au cours de la période cumulée, seuls ceux ayant un cycle de flux de travail complet dans la base de données de sécurité (c'est-à-dire qu'ils sont passés au statut de flux de travail Distribution ou Fermé) sont inclus dans le SMSR mensuel. Cette approche empêche l'inclusion de cas qui ne sont pas entièrement traités et ne reflètent donc pas avec précision les informations finales. En raison du grand nombre de rapports d'événements indésirables spontanés reçus pour le produit, le titulaire de l'AMM a donné la priorité au traitement des cas graves, afin de respecter les délais de déclaration réglementaires accélérés et de s'assurer que ces rapports sont disponibles pour la détection des signaux et l'activité d'évaluation. L'augmentation du volume de signalements n'a pas eu d'impact sur le traitement des cas pour les signalements graves, et les mesures de conformité continuent d'être surveillées chaque semaine et des mesures rapides sont prises au besoin pour maintenir la conformité aux obligations de déclaration accélérées. Les cas non graves sont saisis dans la base de données de sécurité au plus tard 4 jours calendaires à compter de leur réception. L'entrée dans la base de données comprend le codage de tous les événements indésirables ; cela permet un examen manuel des événements reçus, mais peut ne pas inclure le traitement immédiat du cas jusqu'à son achèvement. Les cas non graves sont traités dans les meilleurs délais et au plus tard dans les 90 jours suivant leur réception. Pfizer a également pris plusieurs mesures pour aider à atténuer la forte augmentation des rapports d'événements indésirables. Cela comprend des améliorations technologiques importantes et des solutions de processus et de flux de travail, ainsi que l'augmentation du nombre de collègues chargés de la saisie des données et du traitement des cas. À ce jour, Pfizer a recruté des employés à temps plein (ETP) supplémentaires. D'autres se joignent chaque mois avec un total prévu de plus de ressources supplémentaires d'ici la fin juin 2021.

Encore une fois, racket, fraude et meurtre de masse.

Bill Gates 

Regardez ce monstre aux doigts narquois, suffisant et souriant avec des taches de vieillesse sur tout le corps, essayant de dicter la politique de santé au reste d'entre nous.

Ai-je même besoin de dire quelque chose ?

Que diriez-vous du fait qu'il est un anti-nataliste néo-malthusien , et pourtant, il prétend être très intéressé par notre santé ?

Bill Gates n'est ni médecin ni scientifique, et pourtant, il passe tout son temps à colporter des vaccins.

La Fondation Gates finance des recherches pharmaceutiques approfondies. Entrer dans le détail de leurs connexions constituerait un article à part entière.

Microsoft détient un brevet intitulé WO/2020/060606 – CRYPTOCURRENCY SYSTEM USING BODY ACTIVITY DATA. Vous pouvez en lire le texte ici :

SYSTÈME DE CRYPTOMONNAIE UTILISANT DES DONNÉES SUR L'ACTIVITÉ CORPORELLE

L'activité du corps humain associée à une tâche assignée à un utilisateur, peut être utilisée dans un processus d'extraction d'un système de crypto-monnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d'un utilisateur qui est couplé en communication au serveur. Un capteur couplé en communication ou compris dans le dispositif de l'utilisateur peut détecter l'activité corporelle de l'utilisateur. Des données d'activité corporelle peuvent être générées sur la base de l'activité corporelle détectée de l'utilisateur. Le système de cryptomonnaie couplé en communication au dispositif de l'utilisateur peut vérifier si les données d'activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer la cryptomonnaie à l'utilisateur dont les données d'activité corporelle sont vérifiées.

Image13

Il s'agit d'un système permettant littéralement de suivre les mouvements du corps d'une personne et de lui attribuer de l'argent numériquement. À quoi ça sert ?

Plus à ce sujet dans notre prochain article.

Et M. Gates, vous avez mérité jusqu'au dernier morceau de ce gâteau.

Que s'est-il réellement passé en Chine ?

Les données d'E-PAI montrent qu'en octobre 2019, les téléphones portables étaient mystérieusement absents de l'Institut de virologie de Wuhan, comme si tout l'établissement avait été verrouillé.

Un rapport indique que les données des téléphones portables suggèrent une fermeture du laboratoire de Wuhan en octobre, mais les experts sont sceptiques

Une analyse privée des données de localisation des téléphones portables prétend montrer qu'un laboratoire de haute sécurité de Wuhan étudiant les coronavirus a fermé ses portes en octobre, ont déclaré trois sources informées à ce sujet à NBC News. Les agences d'espionnage américaines examinent le document, mais les analystes du renseignement ont examiné et n'ont pas pu confirmer une théorie similaire auparavant, ont déclaré deux hauts responsables.

Le rapport – obtenu par l'unité de vérification NBC News basée à Londres – indique qu'il n'y a eu aucune activité de téléphone portable dans une partie à haute sécurité de l'Institut de virologie de Wuhan du 7 au 24 octobre 2019, et qu'il peut y avoir eu un "événement dangereux" entre le 6 octobre et le 11 octobre.

À un moment donné en novembre 2019, quelques membres du personnel du WIV sont tombés malades avec quelque chose ressemblant à la grippe saisonnière, selon un rapport des renseignements américains.

Un rapport des renseignements américains a identifié 3 chercheurs du laboratoire de Wuhan qui sont tombés malades en novembre 2019

Un rapport du renseignement américain a identifié trois chercheurs d'un laboratoire de Wuhan qui se sont fait soigner dans un hôpital après être tombés malades en novembre 2019, a déclaré à NBC News une source proche du dossier.

Les nouveaux détails, rapportés pour la première fois par le Wall Street Journal , s'ajoutent à l'ensemble des preuves circonstancielles qui étayent l'hypothèse selon laquelle le virus Covid-19 pourrait s'être propagé à l'homme après s'être échappé d'un laboratoire de recherche chinois à Wuhan . Mais les preuves sont loin d'être concluantes.

Ce rapport ajoute un nouveau niveau de détail aux informations publiées dans une fiche d'information du Département d'État l'année dernière, qui indiquait que les États-Unis avaient confirmé que des chercheurs de l'Institut de virologie de Wuhan étaient tombés malades .

Ce qui a suivi était comme un scénario de film catastrophe.

Il y avait une vaste documentation vidéo des événements sur le terrain à Wuhan. Beaucoup de ces vidéos sont dérangeantes et la discrétion des téléspectateurs est recommandée.

Dossiers relatifs à l'épidémie de coronavirus de Wuhan, Chine 2019-2020

Que représentent les vidéos ?

  • Des hôpitaux inondés de monde.
  • Des personnes souffrant de convulsions et s'effondrant au sol.
  • Les couloirs de l'hôpital remplis de patients morts dans des sacs mortuaires.
  • Travailleurs de la santé en détresse ayant des dépressions mentales et criant dans les salles de repos.
  • Les autorités entraînent les gens dans des camps de quarantaine.
  • Les autorités plombent les gens dans leurs appartements.
  • Les barrages routiers de la police sont percutés par des véhicules en fuite.
  • Émeutes et chaos.
  • La police maltraite les gens.
  • Des gens et des camions-citernes pulvérisent des "désinfectants" dans toute la ville, y compris des hommes en combinaison Tyvek sur des scooters auto-équilibrés utilisant absurdement des brumisateurs de moustiques sur les trottoirs.

Et ainsi de suite.

Li Wenliang, le courageux médecin chinois qui a tenté de sonner l'alarme sur la transmission interhumaine d'une nouvelle souche de SRAS à Wuhan, a été contraint par les autorités de se rétracter. Si son avertissement avait été entendu, toute la pandémie aurait pu être évitée en recherchant et en isolant les malades. En fin de compte, il a tragiquement fini par mourir lui-même de la maladie.

Li Wenliang : la mort du coronavirus d'un médecin de Wuhan suscite la colère

Li Wenliang est décédé après avoir contracté le virus alors qu'il soignait des patients à Wuhan.

En décembre dernier, il a envoyé un message à ses collègues médecins avertissant d'un virus qui, selon lui, ressemblait au Sars – un autre coronavirus mortel.

Mais la police lui a dit de "cesser de faire de faux commentaires" et a fait l'objet d'une enquête pour "propagation de rumeurs".

En raison du fait que ces scènes n'ont pas été reproduites ailleurs, certains pensent que ces vidéos ont été mises en scène. Essentiellement, de la propagande pour semer la panique en Occident.

Ceci est absurde. Vous ne pouvez pas désinfecter une ville d'un virus en pulvérisant des antiseptiques partout. Les responsables en Chine l'auraient su. Pour toute personne sensée, ce n'est rien d'autre que du théâtre.

La Chine a menti de manière flagrante sur les chiffres des victimes, sous-déclarant les cas et les décès d'un ordre de grandeur ou plus. Il est probable que des dizaines de milliers de personnes soient mortes du COVID-19 à Wuhan au cours de ces premiers mois déchirants.

Le rapport sur les urnes empilées dans les salons funéraires de Wuhan soulève des questions sur le nombre réel de décès dus aux coronavirus en Chine

Les longues files d'attente et les piles d'urnes à cendres accueillant les membres de la famille des morts dans les salons funéraires de Wuhan suscitent des questions sur l'ampleur réelle des victimes du coronavirus à l'épicentre de l'épidémie, renouvelant la pression sur un gouvernement chinois qui lutte pour contrôler son récit de confinement.

Les familles de ceux qui ont succombé au virus dans la ville du centre de la Chine, où la maladie est apparue pour la première fois en décembre, ont été autorisées à récupérer leurs cendres incinérées dans huit salons funéraires locaux à partir de la semaine dernière. Ce faisant, des photos ont circulé sur les réseaux sociaux chinois de milliers d'urnes transportées.

À l'extérieur d'un salon funéraire, des camions ont transporté environ 2 500 urnes mercredi et jeudi, selon le média chinois Caixin. Une autre photo publiée par Caixin montrait 3 500 urnes empilées sur le sol à l'intérieur. On ne sait pas combien d'urnes avaient été remplies.

Nous ne connaîtrons peut-être jamais le véritable nombre de morts.

Épidémiologie ou absence d'épidémiologie 

La plupart des réponses des gouvernements au COVID-19 dans le monde étaient basées sur le travail hautement alarmiste d'un seul épidémiologiste, le professeur Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres.

Rapport spécial : Les simulations à l'origine de la réponse mondiale au COVID-19

Lorsque Neil Ferguson a visité le cœur du gouvernement britannique à Downing Street à Londres, il était beaucoup plus proche de la pandémie de COVID-19 qu'il ne le pensait. Ferguson, épidémiologiste mathématique à l'Imperial College de Londres, a informé les responsables à la mi-mars des derniers résultats des modèles informatiques de son équipe, qui simulaient la propagation rapide du coronavirus SARS-CoV-2 dans la population britannique. Moins de 36 heures plus tard, il annonçait sur Twitter qu'il avait de la fièvre et de la toux. Un test positif a suivi. Le scientifique chargé du suivi des maladies était devenu un point de données dans son propre projet.

Ferguson est l'un des visages les plus en vue dans l'effort d'utilisation de modèles mathématiques qui prédisent la propagation du virus – et qui montrent comment les actions du gouvernement pourraient modifier le cours de l'épidémie. "Cela a été quelques mois extrêmement intenses et épuisants", explique Ferguson, qui a continué à travailler tout au long de ses symptômes relativement légers de COVID-19. "Je n'ai pas vraiment eu de jour de congé depuis la mi-janvier."

La recherche ne devient pas beaucoup plus pertinente pour les politiques que cela. Lorsque les données mises à jour du modèle 1 de l'équipe impériale ont indiqué que le service de santé du Royaume-Uni serait bientôt submergé de cas graves de COVID-19 et pourrait faire face à plus de 500 000 décès si le gouvernement ne prenait aucune mesure, le Premier ministre Boris Johnson a presque immédiatement annoncé des mesures strictes nouvelles restrictions à la circulation des personnes. Le même modèle suggérait que, sans action, les États-Unis pourraient faire face à 2,2 millions de morts ; il a été partagé avec la Maison Blanche et de nouvelles directives sur la distanciation sociale ont rapidement suivi (voir « Choc de simulation »).

Le texte même de son rapport, daté du 16 mars 2020, peut être lu ici :

Rapport 9 : Impact des interventions non pharmaceutiques (NPI) pour réduire la mortalité liée au COVID-19 et la demande de soins de santé

L'impact mondial du COVID-19 a été profond, et la menace pour la santé publique qu'il représente est la plus grave observée dans un virus respiratoire depuis la pandémie de grippe H1N1 de 1918. Nous présentons ici les résultats de la modélisation épidémiologique qui a éclairé l'élaboration des politiques au Royaume-Uni et dans d'autres pays ces dernières semaines. En l'absence de vaccin contre la COVID-19, nous évaluons le rôle potentiel d'un certain nombre de mesures de santé publique - appelées interventions non pharmaceutiques (NPI) - visant à réduire les taux de contact dans la population et ainsi à réduire la transmission du virus. Dans les résultats présentés ici, nous appliquons un modèle de micro-simulation publié précédemment à deux pays : le Royaume-Uni (la Grande-Bretagne en particulier) et les États-Unis. Nous concluons que l'efficacité de toute intervention isolée est susceptible d'être limitée, nécessitant la combinaison de plusieurs interventions pour avoir un impact substantiel sur la transmission. 

Deux stratégies fondamentales sont possibles :

(a) l'atténuation, qui se concentre sur le ralentissement mais pas nécessairement l'arrêt de la propagation de l'épidémie - en réduisant la demande de soins de santé de pointe tout en protégeant les personnes les plus à risque de maladie grave contre l'infection, et

(b) la suppression, qui vise à inverser la croissance épidémique, réduisant le nombre de cas à de faibles niveaux et maintenant cette situation indéfiniment. 

Chaque politique présente des enjeux majeurs. Nous constatons que des politiques d'atténuation optimales (combinant l'isolement à domicile des cas suspects, la mise en quarantaine à domicile des personnes vivant dans le même foyer que les cas suspects et l'éloignement social des personnes âgées et des autres personnes les plus à risque de maladie grave) pourraient réduire la demande de soins de santé de pointe de 2 /3 et les morts de moitié. Cependant, l'épidémie atténuée qui en résulterait entraînerait encore probablement des centaines de milliers de décès et des systèmes de santé (notamment les unités de soins intensifs) débordés à plusieurs reprises. Pour les pays capables d'y parvenir, cela laisse la répression comme l'option politique préférée.

En fin de compte, son modèle informatique était une poubelle absolue.

Le modèle informatique qui a verrouillé le monde s'avère être un sh * t code

Dans un cas, une équipe de l'Université d'Édimbourg a tenté de modifier le code afin de pouvoir stocker les données dans des tables qui rendraient le chargement et l'exécution plus efficaces. Mis à part les problèmes de performances, le simple fait de déplacer ou d'optimiser la provenance des données d'entrée ne devrait avoir aucun effet sur la sortie du traitement, étant donné les mêmes données d'entrée. Ce que l'équipe d'Edimbourg a cependant découvert, c'est que cette optimisation a produit une variation dans la sortie, "les prévisions résultantes ont varié d'environ 80 000 décès après 80 jours" , soit près de 3 fois le nombre total de décès au Royaume-Uni à ce jour.

Edinburgh a signalé le bogue à Imperial, qui l'a qualifié de "petit non-déterminisme" et leur a dit que le problème disparaît si vous exécutez le code sur un seul processeur (ce qui, selon le critique, "est aussi éloigné que possible du super calcul". ”).

Hélas, l'équipe d'Edimbourg a constaté que le logiciel produisait toujours des résultats différents s'il était exécuté sur un seul processeur. Cela ne devrait pas être le cas, à condition qu'il soit codé correctement. Que le logiciel soit exécuté sur un seul processeur ou sur plusieurs threads, la seule différence doit être la vitesse à laquelle la sortie est produite. Étant donné les mêmes conditions d'entrée, les sorties doivent être les mêmes. Ce n'est pas le cas, et Imperial le savait.

Et malgré les blocages qu'il a aidés à concevoir, ainsi que la misère et l'isolement social qu'ils ont provoqués dans le monde entier, apparemment, le professeur Ferguson n'a pas pensé que le virus était suffisamment dangereux pour l'empêcher d'ignorer les règles de distanciation sociale pour avoir des relations sexuelles avec une femme mariée.

Coronavirus : le professeur Neil Ferguson quitte son poste au gouvernement après avoir "ignoré" le verrouillage

Le professeur Ferguson, dont les conseils au Premier ministre ont conduit au verrouillage du Royaume-Uni, a déclaré qu'il regrettait d'avoir "ignoré" les messages sur la distanciation sociale.

Le Telegraph a rapporté qu'une femme avec qui il aurait eu une relation s'est rendue chez lui pendant le lock-out.

Le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, a déclaré que c'était "extraordinaire" et qu'il "avait pris la bonne décision de démissionner". 

 l ' O M S

Ils sont extrêmement incompétents, à la limite d'être activement malveillants.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a menti et soutenu la Chine à chaque étape du chemin.

Comment l'OMS est devenue complice du coronavirus en Chine

Plus important encore, Pékin a réussi dès le départ à diriger l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui à la fois reçoit des fonds de la Chine et dépend du régime du Parti communiste à de nombreux niveaux. Ses experts internationaux n'ont eu accès au pays que lorsque le directeur général Tedros Adhanom a rendu visite au président Xi Jinping fin janvier. Auparavant, l'OMS répétait sans discernement les informations des autorités chinoises, ignorant les avertissements des médecins taïwanais - non représentés à l'OMS, qui est un organe des Nations Unies - et réticents à déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale", démentant après une réunion le 1er janvier 2022 qu'il était nécessaire de le faire.

Après la visite à Pékin, cependant, l'OMS a déclaré dans un communiqué qu'elle appréciait "en particulier l'engagement des hauts dirigeants et la transparence dont ils ont fait preuve". Ce n'est qu'après la réunion qu'il a déclaré, le 30 janvier, une urgence de santé publique de portée internationale. Et après que la Chine n'ait signalé que quelques nouveaux cas chaque jour, l'OMS a déclaré le coronavirus une pandémie le 11 mars, même s'il s'était propagé à l'échelle mondiale des semaines auparavant.

L'OMS a insisté sur le fait que le SRAS-CoV-2 était transmis par des gouttelettes et non un virus aéroporté, même s'il s'est propagé dans le monde entier comme une traînée de poudre et était clairement aéroporté.

Deux ans de COVID : La bataille pour accepter la transmission aérienne

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) - qui donne le ton à de nombreux pays - a très tôt nié que le COVID-19 se propageait à travers ces minuscules aérosols en suspension dans l'air.

Au fur et à mesure que les preuves montaient, parallèlement à la pression de scientifiques comme Noakes, l'agence a finalement reconnu la possibilité d'une transmission par voie aérienne – mais a continué à minimiser son importance en faveur des gouttelettes, mettant fortement l'accent sur le lavage des mains et la désinfection des surfaces au lieu de mesures plus strictes.

Puis, alors que les preuves suggérant que le virus à l'origine du COVID-19 était principalement aéroporté devenaient accablantes, l'agence a finalement admis en décembre 2021 que le virus pouvait effectivement se propager via des aérosols.

Ils ont traîné les talons en déclarant une pandémie.

Ils étaient également responsables de la création du nom au son ridicule COVID-19 (abréviation de Coronavirus Disease 2019), qui a été délibérément choisi à la place du SRAS-2, bien plus sensé, par souci de rectitude politique, afin de ne pas fâcher les maîtres CCP (parti communiste chinois) de l'OMS.

Et maintenant, l'OMS tente d'établir un traité sur la pandémie qui peut passer outre la constitution de n'importe quel pays signataire, les forçant à établir des verrouillages pandémiques et d'autres mesures que l'OMS juge appropriées.

Première lettre ouverte sur le traité pandémique de l'OMS

Le Conseil mondial de la santé (WCH), une coalition de scientifiques, de médecins, d'avocats et d'organisations de défense de la société civile, s'oppose aux mesures prises par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour mettre en œuvre une prise de pouvoir sous la forme d'un accord mondial sur la pandémie , tandis que l'attention du monde est détournée par la dernière crise.

L'accord proposé par l'OMS est inutile et constitue une menace pour la souveraineté et les droits inaliénables. Cela augmente le pouvoir suffocant de l'OMS de déclarer des pandémies injustifiées, d'imposer des confinements déshumanisants et d'appliquer des traitements coûteux, dangereux et inefficaces contre la volonté du peuple.

Le WCH croit que les gens ont le droit de participer à tout accord qui affecte leur vie, leurs moyens de subsistance et leur bien-être. Cependant, l'OMS ne s'est pas engagée dans un processus de participation publique, ce qui prouve que sa priorité est de s'approprier plus de pouvoir pour elle-même et ses complices corporatifs, que de servir les intérêts du peuple. Sans un processus démocratique impartial, tout accord de l'OMS, agissant par l'intermédiaire des Nations Unies, sera illégal, illégitime et invalide. 

L'Assemblée mondiale de la santé convient de lancer un processus pour élaborer un accord mondial historique sur la prévention, la préparation et la riposte à la pandémie

"La pandémie de COVID-19 a mis en lumière les nombreuses failles du système mondial de protection des personnes contre les pandémies : les personnes les plus vulnérables se privent de vaccins ; les agents de santé sans équipement nécessaire pour effectuer leur travail vital ; et les approches "moi d'abord" qui entravent la solidarité mondiale nécessaire pour faire face à une menace mondiale", a déclaré le Dr Tedros.

"Mais en même temps, nous avons vu des démonstrations inspirantes de collaboration scientifique et politique, du développement rapide de vaccins à l'engagement actuel des pays à négocier un accord mondial qui aidera à protéger les générations futures des impacts des pandémies."

L'Assemblée de la Santé s'est réunie en session extraordinaire, la deuxième depuis la création de l'OMS en 1948, et a adopté une décision unique intitulée : « Le monde ensemble ». La décision de l'Assemblée établit un organe intergouvernemental de négociation (INB) chargé de rédiger et de négocier une convention, un accord ou un autre instrument international de l'OMS sur la prévention, la préparation et la riposte à une pandémie, en vue de son adoption en vertu de l'article 19 de la Constitution de l'OMS, ou d'autres dispositions de la Constitution jugées appropriées par l'INB.

La folie de donner à ces maladroits et sycophants plus de pouvoir qu'ils n'en ont déjà devrait être évidente pour quiconque a suivi leur immense échec à contenir le SRAS-CoV-2.

Le meurtre de Bing Liu 

Bing Liu était un chercheur sur le COVID-19 à Pittsburgh qui a été tué de manière suspecte par un homme du nom de Hao Gu dans un meurtre-suicide.

Image14

Un chercheur sur le coronavirus tué dans un meurtre-suicide à Pittsburgh

Bing Liu, professeur assistant de recherche à l'Université de Pittsburgh étudiant le COVID-19 , a été retrouvé tué par balle dans sa maison de ville samedi dans ce qui était apparemment un meurtre-suicide, selon les autorités. 

Les autorités ont trouvé Liu, à son domicile dans le canton de Ross, en Pennsylvanie, avec des blessures par balle au torse, au cou et à la tête. La police locale dit croire qu'un deuxième homme, l'architecte logiciel Hao Gu, 46 ans, qui a été retrouvé mort dans sa voiture, a peut-être tiré sur Liu avant de se tirer une balle dans la tête.

Selon une déclaration publiée par le département de biologie informatique et des systèmes de l'université, Liu était "sur le point de faire des découvertes très importantes pour comprendre les mécanismes cellulaires qui sous-tendent les infections par le SRAS-CoV-2 et la base cellulaire des complications suivantes". Le Dr Ivet Bahar, chef du département de biologie computationnelle et des systèmes, a déclaré au Pittsburgh Post-Gazette que Liu « commençait tout juste à obtenir des résultats intéressants » dans ses travaux sur le virus.

Quel était le domaine d'expertise de Bing Liu ?

C'est avec une profonde tristesse et un choc que nous avons appris le décès prématuré du Dr Bing Liu, professeur adjoint de recherche dans notre département, le samedi 2 mai 2020.

Bing était un chercheur prolifique. Au cours de sa carrière, il a co-écrit plus de 30 publications, dont quatre en 2020, en plus d' un livre . Il a joué un rôle essentiel dans le Bahar Lab et a été le chef de file de la recherche en biologie des systèmes pour Ivet et son laboratoire. À lui seul, il nous a tous aidés, ainsi que de nombreux collaborateurs, y compris des cliniciens ici et dans d'autres institutions, à comprendre et à modéliser quantitativement de nombreux processus complexes, notamment les événements de signalisation immunitaire, la mort cellulaire apoptotique et ferroptotique, l'autophagie, la programmation des lipides redox, la réponse aux radiations et radiothérapie, systèmes de traitements (poly)pharmacologiques. Ces dernières années, il a eu trois publications dans Nature Chem Biol, trois dans Radiation Research, deux dans Scientific Reports, un dans Science Signaling, un dans International Journal of Molecular Sciences et un dans Frontiers in Pharmacology .

Si vous avez lu nos écrits antérieurs sur la pathologie du COVID-19, vous saurez exactement pourquoi cet homme a été assassiné. Pour faciliter la tâche des lecteurs, j'ai mis en évidence la partie importante en gras.

La suppression des traitements

Le SRAS-CoV-2 n'est pas une pneumonie. Il s'agit d'une septicémie virale agressive qui attaque la muqueuse des vaisseaux sanguins humains, ce qui peut provoquer un œdème pulmonaire et une pneumonie par fuite capillaire alvéolaire. Les phénomènes redox dans le corps sont au cœur de la septicémie. L'équilibre des réactions d'oxydation et de réduction dans l'organisme est modulé par les nombreuses enzymes et substrats impliqués dans ces processus. Les cellules immunitaires telles que les neutrophiles utilisent de puissants oxydants tels que le peroxyde d'hydrogène et l'acide hypochloreux pour attaquer les agents pathogènes et leurs membranes huileuses, blanchissant les bactéries à mort. Les cellules humaines ont exactement les mêmes types de membranes lipidiques que les agents pathogènes et y sont également vulnérables, c'est pourquoi elles ont des enzymes qui fonctionnent sur le glutathion et le sélénium pour détoxifier les radicaux dans le COVID-19.

Michael Callahan, l'homme de la DARPA à Wuhan, a déclaré que la famotidine pourrait être un remède contre le COVID-19, un sentiment reflété par le Dr Robert Malone. Les médias ont ensuite dénoncé cela de façon ridicule.

Pepcid comme remède contre les virus ? Le pari de 21 millions de dollars de l'administrateur Trump a échoué

À la mi-avril, l'administration Trump a financé une étude sur la famotidine, l'ingrédient principal de Pepcid, malgré un manque de données publiées ou d'études suggérant que de fortes doses seraient efficaces contre le nouveau coronavirus. Lorsque les scientifiques du gouvernement ont appris la proposition produite à la hâte de dépenser des millions de fonds fédéraux pour la recherche, ils l'ont considérée comme risible.

Maintenant, le projet Pepcid fait face à un avenir incertain. Northwell Health, le fournisseur de soins de santé de New York engagé pour effectuer les tests dans ses hôpitaux, a suspendu l'essai en raison d'une pénurie de patients COVID-19 hospitalisés dans cet État. Northwell est en partenariat avec Alchem ​​Laboratories, la société pharmaceutique basée en Floride qui a reçu le contrat.

Le projet Pepcid souligne ce que les critiques décrivent comme le mépris désinvolte de l'administration Trump pour la science et les règles anti-corruption – des réglementations destinées à empêcher que l'argent des contribuables ne revienne à des copains politiques ou à des projets de financement qui ne reposent pas sur une science plus rigoureuse.

Il n'y a pas que la famotidine qui est un antioxydant. C'est toute la classe des bloqueurs H2 courants ; famotidine, cimétidine et ranitidine. Ils inhibent tous la peroxydation des lipides.

Elsevier – Propriétés antioxydantes des antagonistes des récepteurs H2 : effets sur les réactions catalysées par la myéloperoxydase et la génération de radicaux hydroxyle dans un système peroxyde ferreux-hydrogène

L'ulcérogenèse de la muqueuse gastroduodénale est causée par l'action digestive du suc gastrique et implique initialement une réaction inflammatoire avec infiltration de phagocytes. L'activité anti-inflammatoire de nombreux médicaments a été attribuée à l'inhibition de l'enzyme leucocytaire, la myélopéroxydase (MPO). Dans cette étude, les antagonistes H2 utilisés en clinique se sont révélés être de puissants inhibiteurs des réactions catalysées par la MPO (IC50 < 3 μM) dans des conditions ressemblant à celles des expériences avec des neutrophiles intacts. Étant donné que les concentrations plasmatiques maximales de cimétidine, de ranitidine et de nizatidine se situent bien dans la gamme micromolaire, après administration thérapeutique orale, nos résultats peuvent avoir une pertinence clinique. Les actions inhibitrices de la cimétidine et de la nizatidine étaient en grande partie dues au piégeage de l'acide hypochloreux (HOC1), un puissant oxydant chlorant produit dans le système MPO-H2O2-Cl−. Contrairement à la famotidine, la ranitidine était également un puissant piégeur de HOCl, tandis que les deux médicaments inhibaient la MPO de manière réversible en la convertissant en composé II, qui est inactif dans l'oxydation du Cl-. Les puissances de piégeage de HOCl de la ranitidine et de la nizatidine étaient environ trois fois supérieures à celles du médicament antirhumatismal, la pénicillamine, qui avait une puissance similaire à celle de la cimétidine. On pense que la capacité de piégeage rapide de HOCl de la pénicillamine contribue à ses effets anti-inflammatoires. En utilisant la riboflavine comme sonde, les antagonistes H2 se sont révélés être des inhibiteurs du radical hydroxyle (·OH) généré dans un mélange réactionnel Fe2+-H2O2. Des analyses spectrales de l'interaction des ions fer avec les médicaments et des études avec des chélateurs suggèrent que les médicaments étaient des chélateurs efficaces de Fe2+, en plus de leurs capacités de piégeage ·OH. Étant donné que le tractus gastro-intestinal peut contenir du fer potentiellement réactif, la présence simultanée d'antagonistes H2 peut aider à supprimer les étapes induites par le fer dans les lésions tissulaires.

À la lumière de cela, pourquoi la FDA a-t-elle ordonné le rappel de Zantac (ranitidine) le 2 avril 2020, pour une supposée contamination industrielle par de la nitrosodiméthylamine cancérigène, même siles risques de cancer liés à l'utilisation de Zantac n'ont jamais été prouvés de manière concluante ? Bien sûr, il y a un timing étrange, là.

D'ailleurs, pourquoi le FBI a-t-il perquisitionné une clinique fournissant des injections de vitamine C aux personnes souffrant de COVID-19 ?

Les médias ont supprimé l'intérêt pour l'hydroxychloroquine en tant qu'antiviral COVID-19, déclarant qu'il s'agissait d'un antiparasitaire et non d'un antiviral du tout. Ils l'ont également comparé au nettoyant pour aquarium au phosphate de chloroquine, en utilisant le cas tragique de Gary et Wanda Lenius pour salir le HCQ .

Et pourtant, une étude de 2005 a affirmé que la chloroquine est bel et bien antivirale contre le SARS-CoV car elle interfère avec la glycosylation du SARS Spike et modifie le pH vésiculaire, deux modes d'action qui pourraient raisonnablement affecter la réplication du SARS-CoV-2, malgré ses différences génétiques avec le SRAS-CoV.

La chloroquine est un puissant inhibiteur de l'infection et de la propagation du coronavirus du SRAS

Nous rapportons cependant que la chloroquine a de puissants effets antiviraux sur l'infection par le SRAS-CoV des cellules de primate. Ces effets inhibiteurs sont observés lorsque les cellules sont traitées avec le médicament avant ou après l'exposition au virus, suggérant un avantage à la fois prophylactique et thérapeutique. En plus des fonctions bien connues de la chloroquine telles que les élévations du pH endosomal, le médicament semble interférer avec la glycosylation terminale du récepteur cellulaire, l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2. Cela peut influencer négativement la liaison virus-récepteur et abroger l'infection, avec d'autres ramifications par l'élévation du pH vésiculaire, entraînant l'inhibition de l'infection et la propagation du SRAS-CoV à des concentrations cliniquement admissibles.

La chloroquine est de la quinine synthétique, le principe actif de l'écorce de quinquina responsable du goût amer de l'eau tonique. Il est utilisé comme antipaludéen depuis des années et des années et figure sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS.

Sapan Desai et Surgisphere ont publié des recherches dans le Lancet et le New England Journal of Medicine qui indiquaient que l'HCQ causait des problèmes cardiovasculaires, mais ont été forcés de retirer leur étude lorsque leurs données n'ont pas réussi un audit parce que Surgisphere a refusé de transférer leur ensemble de données qu'ils avaient utilisées pour arriver à leurs conclusions.

Lancet, NEJM Retract Surgisphere Studies sur les patients COVID-19

Deux études controversées sur des patients atteints de COVID -19 ont été retirées après que les auteurs n'ont pas réussi à démontrer que les données étaient fiables. La première étude à être rétractée, publiée le mois dernier (22 mai) dans The Lancet , avait trouvé des effets nocifs associés au médicament antipaludique, l'hydroxychloroquine, mais s'est rapidement enflammée après que les scientifiques ont soulevé des questions sur l'énorme base de données censée la sous-tendre, et sur la base de données de cette base de données propriétaire, Surgisphere Corporation.

Aujourd'hui, trois auteurs - tous les coauteurs de l'étude à l'exception du fondateur et PDG de Surgisphere, Sapan Desai - ont contacté The Lancet pour retirer leur rapport. "Ils n'ont pas été en mesure de réaliser un audit indépendant des données sous-tendant leur analyse", indique l'avis de rétractation dans The Lancet. "En conséquence, ils ont conclu qu'ils" ne peuvent plus garantir la véracité des sources de données primaires "."

Les trois coauteurs sont Mandeep Mehra, directeur médical du Brigham and Women's Hospital Heart and Vascular Center, Frank Ruschitzka de l'hôpital universitaire de Zurich et Amit Patel de l'Université de l'Utah.

Il s'avère que Surgisphere était en fait une fausse entreprise qui n'était essentiellement que Sapan Desai et quelques amis non scientifiques.

Surgisphere: les gouvernements et l'OMS ont modifié la politique Covid-19 sur la base des données suspectes d'une petite entreprise américaine

Surgisphere, dont les employés semblent inclure un écrivain de science-fiction et un modèle de contenu pour adultes, a fourni une base de données derrière les études sur l'hydroxychloroquine du Lancet et du New England Journal of Medicine.

Une usine à Taïwan fabriquant des précurseurs chimiques de l'hydroxychloroquine a été incendiée dans le royaume le 23 décembre 2020 dans des circonstances mystérieuses.

Cela a glissé hors du cycle des nouvelles et tout le monde collectivement, commodément, a oublié que cela ne s'était jamais produit. Sur la base des images, ma propre théorie est que Wile E. Coyote a glissé et laissé tomber une boîte de bâtons de dynamite rouge vif de marque ACME et une boîte de napalm sur le terrain de l'usine.

Les médias ont également qualifié l'Ivermectine de "vermifuge pour chevaux" , arguant essentiellement qu'il s'agissait d'un médicament vétérinaire et d'un antiparasitaire et non d'un antiviral, malgré le fait qu'il était utilisé chez l'homme depuis de très nombreuses années.

De plus, il se trouve que l'Ivermectine est à la fois antiparasitaire et antivirale.

Les mécanismes d'action de l'Ivermectine contre le SRAS-CoV-2 - un examen approfondi

Un schéma des principales interactions cellulaires et biomoléculaires entre l'Ivermectine, la cellule hôte et le SRAS-CoV-2 dans la pathogenèse du COVID-19 et la prévention des complications : l'ivermectine (IVM) (bloc rouge) inhibe et perturbe la liaison du SRAS-CoV-2 Protéine S au niveau des récepteurs ACE-2 (vert). Les lignes pointillées vertes représentent les voies d'activation et les lignes pointillées rouges représentent les voies d'inhibition. Les récepteurs TLR4 sont directement activés par le SRAS-CoV-2 et également par l'activation médiée par le LPS (observée pendant les réglages de l'USI) provoquant l'activation de la voie NF-Kb et des kinases MAP3 conduisant à une expression génique intranucléaire accrue pour les cytokines pro-inflammatoires et les chimiokines (responsables de la tempête de cytokines ) et libération de NO (responsable de la dilatation des vaisseaux sanguins, des fuites de liquide, de l'hypotension artérielle, du SDRA et de la septicémie). L'activation des voies NF-Kb et STAT-3 est au cœur de la pathogenèse et des séquelles du COVID-19. STAT-3 se lie physiquement à PAK1 et augmente la transcription de l'IL-6.

Divers essais cliniques sur l'ivermectine et l'hydroxychloroquine ont réfuté leur efficacité chez les patients gravement malades atteints de COVID-19, ne montrant aucun avantage. La raison pour laquelle ils n'ont montré aucun avantage est que les patients hospitalisés atteints de COVID-19 souffrent tous d'une septicémie virale et n'ont plus de virus dans leur corps pour empêcher la réplication de, ce qui signifie que ces études n'ont pas déterminé si oui ou non ces antiviraux seraient efficaces comme prophylaxie préexposition ou post-exposition, ce qui signifie que ces études sont scientifiquement en faillite car elles ont fourni un traitement futile aux patients.

Remdesivir pour le traitement précoce de la COVID-19 chez les personnes à haut risque avant ou au début de la maladie—Leçons apprises

Comme pour l'infection par l'IAV, la charge virale et l'infectiosité les plus élevées pour le SRAS-CoV-2 sont observées +/- 1 jour autour du jour de l'apparition des symptômes [ 15 ]. La quantité de virus infectieux ainsi que la quantité d'ARN viral mesurée par qRT-PCR diminuent rapidement par la suite. En conséquence, le nombre de cellules dans les voies respiratoires du patient qui sont nouvellement infectées par le SRAS-CoV-2 diminue fortement quelques jours après l'apparition de la maladie. Il est maintenant bien admis que l'immunopathologie joue un rôle clé dans le COVID-19 sévère [ 16 ]. En conséquence, le traitement par corticostéroïdes, comme la dexaméthasone, améliore la survie des patients COVID-19 gravement malades aux derniers stades de la maladie [ 17]. Il est important de noter que les corticostéroïdes sont parmi les agents proviraux les plus puissants car ils inhibent efficacement la réponse immunitaire innée et adaptative. Les avantages apparents des stéroïdes pour les patients atteints de COVID-19 fournissent des preuves solides supplémentaires que la réplication virale incontrôlée n'est plus d'une importance majeure pour l'issue de la maladie > 7 à 10 jours après l'apparition des symptômes. Un essai clinique récent sur le remdesivir a rapporté que cinq jours de traitement ne sont pas inférieurs à dix jours de traitement [ 18 ]. Bien que le remdesivir puisse encore présenter certains avantages cliniques au cours des premiers jours de traitement du COVID-19, l'inhibition de la réplication du virus n'était plus pertinente sur le plan clinique quelques jours plus tard, les patients nécessitant de l'oxygène à faible débit ou des corticostéroïdes ( Figure 1 ).

Pendant ce temps, des études de traitement précoce avec des antiviraux ont montré des résultats prometteurs.

L'ivermectine continue d'être sauvagement réprimée.

Image15

Des envois contenant de l'ivermectine et de l'hydroxychloroquine saisis par les douaniers de Chicago

L'ivermectine, qui est un médicament souvent utilisé chez les animaux pour lutter contre les parasites, a été saluée par certains comme un traitement efficace contre le COVID-19. La Food and Drug Administration ( FDA ) des États-Unis a récemment averti que l'ivermectine n'est pas un traitement approuvé contre le COVID-19 et qu'elle peut causer des problèmes de santé chez l'homme si elle est mal utilisée.

"Il existe des utilisations approuvées pour l'ivermectine chez les personnes et les animaux, mais elle n'est pas approuvée pour la prévention ou le traitement du COVID-19", a déclaré la FDA sur son site Web, ajoutant que le médicament est approuvé pour un usage humain pour traiter les parasites, les poux de tête et "affections cutanées telles que la rosacée."

En plus du colis en provenance de Chine, le CBP a déclaré avoir intercepté un autre colis en provenance du Mexique contenant 32 autres comprimés d'ivermectine et 40 comprimés d'hydroxychloroquine.

Les autorités peuvent saisir et détruire de minuscules quantités d'ivermectine et d'hydroxychloroquine, mais elles ne peuvent pas faire de même pour les tonnes métriques littérales de fentanyl mortel qui inondent les États-Unis depuis la Chine ?

Évidemment, ils sont très inquiets pour notre santé.

 David Martin et M-CAM

David Martin est à la tête de M-CAM, une société spécialisée dans le suivi des brevets innovants et leur analyse des effets technologiquement perturbateurs. Cela inclut les brevets biotechnologiques.

Il a publié un dossier intitulé The Fauci/COVID-19 Dossier montrant comment chaque aspect du SRAS est breveté.

Le dossier Fauci/COVID 19

David Martin a été interviewé par Reiner Fuellmich pendant plus d'une heure , où il a offert des révélations plutôt inquiétantes sur le coronavirus.

Récemment, vraisemblablement après avoir examiné les données sur la transcription inverse LINE-1 des vaccins COVID-19 dans des cellules hépatiques in vitro, il a déclaré que, et je cite, il s'agit « en fait d'une thérapie génique conçue pour nuire à l'humanité et faire perpétuellement de l'humanité l'esclave de les fantasmes d'édition de gènes en cours des psychopathes. 

 Les exercices - Rockefeller 'Lock Step, SPARS 2025-2028 et Event 201

En 2010, la Fondation Rockefeller a publié un dossier intitulé Scenarios for the Future of Technology and International Development .

Scénarios pour l'avenir de la technologie et du développement international

Le premier de ces scénarios s'appelait Lock Step. Cela ressemble étrangement à la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID-19.

OPÉRATION LOCKSTEP DE LA FONDATION ROCKEFELLER : "SOUS L'ALIBI D'UNE PANDÉMIE, NOUS CRÉERONS UNE PLANÈTE PRISONNIÈRE

Une nouvelle souche de grippe - provenant d'oies sauvages - était extrêmement virulente et mortelle. Même les pays les mieux préparés à la pandémie ont été rapidement submergés lorsque le virus s'est répandu dans le monde entier, infectant près de 20 % de la population mondiale et tuant 8 millions de personnes en seulement sept mois, la majorité d'entre eux étant de jeunes adultes en bonne santé. La pandémie a également eu un effet mortel sur les économies : la mobilité internationale des personnes et des marchandises s'est arrêtée brutalement, affaiblissant des industries comme le tourisme et brisant les chaînes d'approvisionnement mondiales. Même localement, des magasins et des immeubles de bureaux normalement animés sont restés vides pendant des mois, dépourvus à la fois d'employés et de clients.

La pandémie a couvert la planète – bien qu'un nombre disproportionné de morts en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique centrale, où le virus s'est propagé comme une traînée de poudre en l'absence de protocoles de confinement officiels. Mais même dans les pays développés, le confinement était un défi. La politique initiale des États-Unis consistant à "fortement décourager" les citoyens de prendre l'avion s'est avérée mortelle dans sa clémence, accélérant la propagation du virus non seulement aux États-Unis mais à travers les frontières. Cependant, quelques pays s'en sont mieux sortis, notamment la Chine. L'imposition et l'application rapides par le gouvernement chinois d'une quarantaine obligatoire pour tous les citoyens, ainsi que sa fermeture instantanée et quasi hermétique de toutes les frontières, ont sauvé des millions de vies, stoppant la propagation du virus bien plus tôt que dans d'autres pays et permettant une récupération postpandémique.

Le gouvernement chinois n'était pas le seul à prendre des mesures extrêmes pour protéger ses citoyens des risques et de l'exposition. Pendant la pandémie, les dirigeants nationaux du monde entier ont fait preuve d'autorité et imposé des règles et des restrictions hermétiques, du port obligatoire de masques faciaux aux contrôles de la température corporelle aux entrées des espaces communs comme les gares et les supermarchés. Même après la disparition de la pandémie, ce contrôle et cette surveillance plus autoritaires des citoyens et de leurs activités sont restés et même intensifiés. Afin de se protéger de la propagation de problèmes de plus en plus mondiaux – des pandémies et du terrorisme transnational aux crises environnementales et à la montée de la pauvreté – les dirigeants du monde entier ont renforcé leur emprise sur le pouvoir.

En 2017, le Johns Hopkins Center for Health Security a publié un document intitulé The SPARS Pandemic 2025-2028 :

LA PANDÉMIE SPARS 2025 – 2028

L'un des scénarios fictifs de ce document décrit les effets neurologiques indésirables d'un vaccin appelé "Corovax", parmi de nombreuses autres coïncidences étranges.

Contrairement à l'histoire d'Alyssa Karpowitz, tous les changements d'opinion n'étaient pas en faveur des messages de santé publique. Au fil du temps et de plus en plus de personnes à travers les États-Unis ont été vaccinées, des allégations d'effets secondaires indésirables ont commencé à émerger. Plusieurs parents ont affirmé que leurs enfants présentaient des symptômes neurologiques similaires à ceux observés chez le bétail exposé au vaccin GMI. En mai 2027, l'anxiété des parents autour de cette réclamation s'était intensifiée au point de poursuites judiciaires. Ce mois-là, un groupe de parents dont les enfants ont développé un retard mental à la suite d'une encéphalite à la suite de la vaccination contre le Corovax ont poursuivi le gouvernement fédéral, exigeant la suppression du bouclier de responsabilité protégeant les sociétés pharmaceutiques responsables du développement et de la fabrication de Corovax.

Peu de temps avant l'épidémie de COVID-19, Johns Hopkins a mené un exercice intitulé Event 201, d'une pandémie de coronavirus très similaire à celle qui se produirait quelques mois plus tard. La Fondation Bill & Melinda Gates et le Forum économique mondial y ont naturellement participé.

Nous comprenons que de tels exercices sont une partie essentielle de la politique publique, cependant, ces scénarios ne sont pas généraux ; ils décrivent des événements étrangement spécifiques qui semblent se produire dans le présent.

 Klaus Schwab, le Great Reset et les Young Global Leaders

Klaus Schwab est le fondateur du Forum économique mondial de Davos, un club chic où les dirigeants mondiaux et d'autres intellectuels du clergé professionnel-managérial se réunissent pour discuter de la forme que devrait prendre l'économie mondiale, sans aucune contribution des travailleurs pauvres.

Vers la fin de 2020, divers dirigeants mondiaux ont commencé à marmonner quelque chose sur « reconstruire en mieux » et comment la pandémie était une opportunité pour une « réinitialisation ».

Lorsque les gens ont commencé à se demander pourquoi tous ces politiciens utilisaient les mêmes slogans partout, les médias ont immédiatement commencé à nous éclairer, déclarant que la "Grande réinitialisation" n'était rien de plus qu'une stupide théorie du complot.

La théorie de la « grande réinitialisation » de la pandémie de coronavirus et une fausse allégation de vaccin démystifiée

Nous commençons par la renaissance de la théorie du complot sans fondement, connue sous le nom de « Great Reset », qui prétend qu'un groupe de dirigeants mondiaux a orchestré la pandémie pour prendre le contrôle de l'économie mondiale.

La théorie du complot trouve son origine dans un véritable plan intitulé "The Great Reset", élaboré par le Forum économique mondial (WEF), les organisateurs d'une conférence annuelle pour des personnalités de premier plan de la politique et des affaires. Le plan explore comment les pays pourraient se remettre des dommages économiques causés par la pandémie de coronavirus.

Le plan de relance du WEF a été interprété comme sinistre, d'abord par des groupes marginaux de théorie du complot sur les réseaux sociaux, puis par d'éminents commentateurs conservateurs - provoquant des dizaines de milliers d'interactions sur Facebook et Twitter.

La théorie du complot "Great Reset" est un grand embarras pour toutes les personnes impliquées - y compris Ottawa

Et non, il n'y a pas de complot, tel que décrit dans un prétendu courriel d'un membre du « Comité stratégique » du Parti libéral du Canada, pour soulager les citoyens de leurs dettes en échange de la remise de « tous biens et actifs pour toujours », les dissidents devant être détenus indéfiniment dans des « centres d'isolement ».

Il n'y a même pas de plan, en tant que tel, pour « réorganiser les économies et les sociétés afin de responsabiliser les élites aux dépens du peuple », comme le prétend une pétition publiée sur le site Web du député conservateur Pierre Poilievre.

Mais bon sang si ce qu'il se passe ne ressemble pas beaucoup à ça …

Le 3 juin 2020, le Forum économique mondial a publié cette vidéo sur YouTube :

Le 14 juillet 2020, le WEF a également diffusé ceci en direct :

De plus, Klaus Schwab a publié un certain nombr

Amazon – La quatrième révolution industrielle

Amazon – Façonner l'avenir de la quatrième révolution industrielle

Amazon – Capitalisme des parties prenantes : une économie mondiale au service du progrès, des personnes et de la planète

Amazon – COVID-19 : La grande réinitialisation

Amazon - Le grand récit (La grande réinitialisation)

Ses détracteurs ont-ils raison ? Ses livres se lisent-ils comme une description précise du socialisme des gens mangeurs d'insectes tirés directement des pages des objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 de l'ONU ? En fait, oui. Oui, ils le font. Et pire.

Le monde que ces gens imaginent n'a aucune intimité et ne nécessite aucune contribution culturelle ou sociopolitique de la part de quiconque n'est pas un astronaute asexué portant du lamé d'argent avec sa propre soucoupe volante personnelle, dominant des ruches décrépites de travailleurs-serfs mangeurs d'insectes. Ne me croyez pas sur parole. Lisez-les vous-même et voyez.

Ça s'empire. Le WEF possède essentiellement tous nos dirigeants.

Les « jeunes leaders mondiaux » du Forum économique mondial dévoilés

Comme le dit Klaus Schwab dans la citation introductive, il est devenu très réussi. Dès la première année, 1992, un certain nombre de candidats très influents ont été élus. Parmi les 200 personnes sélectionnées figuraient des profils internationaux tels  qu'Angela Merkel ,  Tony Blair ,  Nicolas Sarkozy ,  Bill Gates ,  Bono ,  Richard Branson  (Virgin),  Jorma Ollila  (Shell Oil) et  José Manuel Barroso  (Président de la Commission européenne 2004-2014). [1]

Autres exemples de jeunes leaders mondiaux influents  [2] :
Princesse héritière  Victoria  de Suède
Prince héritier  Haakon  de Norvège
Prince héritier  Fredrik  du DanemarkPrince 

Jaime de Bourbon de Parme , Pays-Bas
Princesse  Reema Bint Bandar Al-Saud , Ambassadrice d'Arabie saoudite aux États-Unis
Jacinda Arden , Premier ministre, Nouvelle-Zélande
Alexander De Croo , Premier ministre, Belgique
Emmanuel Macron , Président, France
Sanna Marin , Premier ministre, Finlande
Carlos Alvarado Quesada , Président, Costa Rica
Faisal Alibrahim, ministre de l'Économie et de la Planification, Arabie saoudite
Shauna Aminath , ministre de l'Environnement, du Changement climatique et de la Technologie, Maldives
Ida Auken , députée, ancienne ministre de l'Environnement, Danemark (auteur du tristement célèbre article « Welcome To 2030 : I Own Nothing, Have No La vie privée et la vie n'ont jamais été meilleures »)
Annalena Baerbock , ministre des Affaires étrangères, chef de l'Alliance 90/Die Grünen, Allemagne
Kamissa Camara , ministre de l'Économie numérique et de la Planification, Mali
Ugyen Dorji , ministre des Affaires intérieures, Bhoutan
Chrystia Freeland , Vice-Premier ministre et ministre des Finances, Canada
Martín Guzmán , ministre des Finances, Argentine
Muhammad Hammad Azhar, ministre de l'Énergie, Pakistan
Paula Ingabire , ministre des Technologies de l'information et de la communication et de l'Innovation, Rwanda
Ronald Lamola , ministre de la Justice et des Services correctionnels, Afrique du Sud
Birgitta Ohlson , ministre des Affaires de l'Union européenne 2010-2014, Suède
Mona Sahlin , chef du parti du les sociaux-démocrates 2007–2011, Suède
Stav Shaffir , chef du Parti vert, Israël
Vera Daves de Sousa , ministre des Finances, Angola
Leonardo Di Caprio , acteur et militant pour le climat
Mattias Klum , photographe et écologiste
Jack Ma , fondateur d'  Alibaba
Larry Page , Fondateur de Google
Ricken Patel , fondateur d'  Avaaz
David de Rothschild , aventurier et écologiste
Jimmy Wale , fondateur de  Wikipédia
Jacob Wallenberg
 , président de  l' investisseur
Niklas Zennström
 , fondateur de  Skype

Mark Zuckerberg , fondateur de  Facebook

Ils possèdent également la moitié du cabinet de Justin Trudeau. Quand quelqu'un a confronté le Parlement canadien à ce sujet , ils ont coupé son micro très, très rapidement. 

La connexion ukrainienne 

À l'heure actuelle, je suis sûr que la plupart d'entre vous sont au courant de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ainsi que de leur affirmation selon laquelle l'Ukraine était l'hôte d'un certain nombre de laboratoires d'armes biologiques affiliés au DOD.

Cela a été fermement démenti par les représentants américains aux Nations Unies. Il a également été démystifié par les médias.

Une théorie du complot démystifiée sur les laboratoires américains d'armes biologiques en Ukraine a été saisie par les médias russes et chinois

Le 2 mars, Foreign Policy a rapporté le message de l'utilisateur de Twitter WarClandestine en février qui disait : "Il semble certainement que Poutine cible les villes et les lieux avec #USBiolabs présents. Il poursuit à 100% les prétendues armes biologiques."

Dans le même fil, WarClandestine a décrit ce qu'ils ont qualifié de preuve crédible que les États-Unis avaient des armes biologiques en Ukraine. Le compte – qui a depuis été suspendu – était géré par un individu nommé Jacob, qui semblait être américain et prétendait avoir servi dans l'armée américaine, selon Foreign Policy.

À la suite du tweet, la plate-forme Infowars liée à QAnon a publié un article intitulé : "Des frappes russes ciblant des laboratoires biologiques gérés par les États-Unis en Ukraine ?" Citant des informations provenant de divers messages sur Twitter, l'article affirmait que les laboratoires américains d'armes biologiques "seraient censés opérer dans de nombreuses villes récemment attaquées par la Russie".

Mais attendez. Quelques jours plus tôt, Victoria Nuland avait déclaré qu'il y avait des laboratoires en Ukraine et avait laissé entendre que leur capture pourrait être nocive si les matériaux tombaient entre les mains de la Russie. Quels matériaux y étaient conservés ?

Cela a été suivi par Marco Rubio, visiblement perturbé par l'aveu franc de Victoria, tentant de lui donner une issue de secours en l'entraînant à dire que toute libération d'arme biologique serait la faute de la Russie.

Peu de temps après l'invasion, l'ambassade des États-Unis en Ukraine a supprimé plusieurs fichiers sur son site Web concernant ces laboratoires.

L'ambassade des États-Unis supprime discrètement tous les documents en ligne du laboratoire ukrainien d'armes biologiques - Blackout des médias

Au cours des dernières 24 heures, tous les fichiers PDF du site Web de l'ambassade https://ua.usembassy.gov/embassy/kyiv/sections-offices/defense-threat-reduction-office/biological-threat-reduction-program/ ) ont été supprimé sans aucune explication.

Cependant, ces fichiers ont été sauvegardés et sont disponibles à la fois sur la Wayback Machine et sur IPFS, en utilisant Brave ou une passerelle IPFS.

ipfs://bafybeiayhjbxkclqv23otds6xgerme5hmnaiwzixoaoxjoizivkx4ctsmu/

Un dénonciateur s'est présenté avec des documents relatifs à ces laboratoires, dont nous avons pu obtenir des copies :

Image16

Image17

Image18

Image19

Image20

 

Le 1er janvier de cette année, une traduction anglaise d'un article daté de 2018 a été publiée, affirmant que ces laboratoires étaient connectés à la Defense Threat Reduction Agency.

L'UKRAINE, EMPÊCHÉE DANS UN RÉSEAU DE LABORATOIRES BIOLOGIQUES DTRA, EST ATTAQUÉE PAR DES ÉPIDÉMIES

Pour rappel, il existe en Ukraine tout un réseau de laboratoires biologiques américains, opérant sous l'aile de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) - une division du département américain de la Défense, qui déclare comme mission "diminuer les menaces biologiques" . Seulement ici la situation évolue exactement à l'opposé : il y a de plus en plus de laboratoires, et de moins en moins de soi-disant biosécurité.

L'Ukraine est littéralement bourrée de laboratoires de référence - avant le coup d'État, on savait qu'il y en avait 15 (sans compter les stations de surveillance dans chaque laboratoire), mais après la "révolution de la dignité", l'information a été cachée au grand public. Mais il est impossible de ne pas voir que sur fond de liquidation du Service sanitaire et épidémiologique d'Ukraine, les bio laboratoires américains n'ont pas empêché les épidémies qui se sont emparées du pays. Et non seulement n'a pas empêché, mais n'a pas aidé du tout. Il y a une question : à quoi est en réalité cette structure militaro-biologique dans laquelle est impliqué l'État ukrainien ?

Oui, le même DTRA qui a financé EcoHealth Alliance et mis en œuvre les stipulations du programme Cooperative Threat Reduction et de la loi Nunn-Lugar aux côtés de DARPA, de l'USAID et des autres.

Tout en prétendant être engagés dans le désarmement des armes biologiques, la DTRA, la DARPA et l'USAID ont été secrètement impliquées dans le transfert de la technologie et du savoir-faire américains de pointe à des laboratoires étrangers et se sont potentiellement engagées dans des recherches à double usage préoccupantes là-bas.

Si vous croyez tout cela et que vous le répétez à quelqu'un d'autre, vous êtes maintenant un colporteur de propagande russe, selon les médias et les responsables publics. 

 Une sombre conclusion

Il semble que le DOD américain et la communauté du renseignement aient violé la Convention sur les armes biologiques, et l'ont fait de manière subtile, en sous-traitant la recherche à des laboratoires étrangers et en la masquant comme un simple travail de préparation à une pandémie à gain de fonction. Cela impliquait des décennies de création de réseaux et une grande partie des financements alloués aux portefeuilles de bio défense en plein essor de la DARPA, de la DTRA et de l'USAID, mais aussi un certain nombre de subventions et de concessions aux sociétés pharmaceutiques qui fourniraient un faux "remède" sous la forme d'un vaccin toxique, qui tue des gens.

Une partie de l'argent impliqué dans tout cela a été acheminée vers EcoHealth Alliance et, à son tour, vers l'Institut de virologie de Wuhan, où ils ont presque certainement créé l'agent pathogène qui deviendrait le SRAS-CoV-2, terrorisant le monde.

Au mieux, la CIA se livrait à un travail de renseignement, infiltrant des laboratoires étrangers dans l'espoir de faire la lumière sur la recherche illicite sur la guerre biologique, entraînant, pour paraphraser Andrew Huff, un échec du renseignement d'une ampleur pire que le scandale Iran-Contra. C'est quelque chose pour lequel ils devraient faire face à une sévère censure.

Au pire, la CIA transférait intentionnellement la technologie et le savoir-faire américains avancés à des puissances rivales dans l'espoir d'utiliser un virus manufacturé comme levier politique, ignorant notre Constitution et habilitant un programme international pour transformer nos sociétés sans notre consentement. C'est une trahison.

En plus de cela, de nombreuses ONG, fonctionnaires, chefs d'État et PDG semblent participer au projet, dans un vaste réseau de partenariats public-privé intéressés à faire émerger un néo-féodalisme technocratique mondial. Ils forcent le public à obéir tranquillement à leur programme bizarre, allant même jusqu'à débanquer les manifestants et à faire arrêter des policiers armés comme des forces paramilitaires au Canada.

À ce jour, près d'un million d'Américains sont morts de quelque chose que nos propres impôts ont payé. Dans un pays sain d'esprit, chaque agent public impliqué dans la perpétration de cette farce ridicule serait jugé par un tribunal. Et pourtant, tout ce que nous obtenons, c'est déni après déni, dissimulation après dissimulation.

Aucun des conspirateurs n'a jamais eu l'intention de dire la vérité. Leur espoir était qu'ils pourraient qualifier tout cela de question de sécurité nationale et manipuler les médias et les vérificateurs des faits pour distraire le public assez longtemps pour tout étouffer. La folie actuelle en Ukraine est une aubaine pour eux ; une occasion de détourner l'attention du public de l'intensification des mouvements de protestation anti-mandat.

Si ces monstres avaient réussi, nous aurions cru que tout ce qui s'est passé au cours des deux dernières années était le résultat d'une mauvaise manipulation d'un animal vivant dans un marché humide à Wuhan.

Au lieu de cela, même une enquête informelle révèle que tout ce qui concerne le récit officiel est un mensonge, et de nombreux fonctionnaires à qui nous avons confié notre vie et notre bien-être sont impliqués dans un complot visant à tromper et à nuire activement au public tout en profitant énormément de notre misère.

Même les méchants de dessins animés ne sont pas aussi cruels et sadiques. L'ampleur de ce complot et la maladresse de tous ceux qui y sont impliqués seraient presque comiques si les conséquences dans le monde réel n'étaient pas si horribles. Des millions de personnes sont mortes, et plusieurs millions d'autres sont sans emploi et sans ressources. Diverses goules sortent des boiseries, essayant de capitaliser sur la crise pour manifester leurs projets politiques tout à fait méprisables.

La position adoptée par le Department of Homeland Security est que si vous n'êtes pas d'accord avec le récit officiel et que vous visez à susciter la méfiance envers les autorités, cela fait de vous un terroriste.

Résumé de la menace terroriste sur le territoire américain

(1) la prolifération de récits faux ou trompeurs, qui sèment la discorde ou minent la confiance du public dans les institutions gouvernementales américaines

Un tel langage autoritaire n'a pas sa place dans une démocratie. En fait, cela mérite la réprimande la plus sévère que nous puissions rassembler.

Personne n'est à l'abri d'un examen minutieux. Ces gens sont sous notre microscope, et ils ont beaucoup d'explications à donner.

Ces lâches pathétiques répondront au public. Ils ne balayeront pas des millions de vies innocentes sous le tapis.

-Spartacus

 ----------------------------------------

Ne nous leurrons pas, la géopolitique, gouvernée elle-même par l'économie, n'abrite pas de bons anges gardiens.

C'est un monde de requins, qui n'ont aucun scrupule à s'entre détruire. Par population interposées.

De tous temps, l'être humain a cherché d'abrod à protéger sa tribu, puis sa région, son pays. Et ceci à n'importe quel prix.

Rien n'a changé depuis les temps préhistoriques, l'être humain est capable des pires horreurs, que ce soit pour assurer son pouvoir et/ou sa richesse. Le plus souvent les deux à la fois.

© 2020 Collectif Fédérateur. All rights reserved. Powered by Cofé.